News

Suivez notre actu

Au Sommaire :

  • Laudamotion détaille son partenariat avec Ryanair
  • EasyJet inaugure sa base de Bordeaux, lance l’été à Berlin
  • Easyjet vante la compétitivité tarifaire de l’aéroport de Bordeaux
  • Surcharge GDS : Travelport et Air France KLM signent un accord

Laudamotion détaille son partenariat avec Ryanair

Air journal du 29/03/2018

La nouvelle compagnie aérienne Laudamotion et la low cost Ryanair ont dévoilé les détails de leur nouveau partenariat, en espérant que les autorités de la concurrence donneront leur feu vert.

La compagnie autrichienne fondée par Niki Lauda sur les cendres de Niki, basée à l’aéroport de Vienne-Schwechat, et la spécialiste irlandaise du vol pas cher, qui avaient annoncé leur partenariat la semaine dernière, en ont précisé les contours le 28 mars 2018 : le 21 juin, Laudamotion disposera de 21 Airbus A320 contre dix aujourd’hui, qui seront déployés dans 9 bases en Autriche, Suisse et Allemagne ; parmi ces avions, huit actuellement loués avec équipage à Eurowings reviendront dans sa flotte en mai. Quatre avions seront basés à Vienne, où la fréquence des vols vers Palma de Majorque augmentera jusqu’à trois liaisons quotidiennes. Quatre autres appareils de Laudamotion seront basés à Berlin-Tegel, six à Düsseldorf, deux à Zurich et un à Cologne, Francfort, Munich, Nuremberg et Stuttgart respectivement. Au total, 65 routes seront proposées entre 44 aéroports, dont Bâle-Mulhouse.

La nouvelle base de Laudamotion à Berlin-Tegel ouvrira le 1er juin, offrant des itinéraires à bas prix vers 17 « destinations soleil » : Barcelone, Brindisi, Corfou, Faro, Fuerteventura, Héraklion, Ibiza, Kos, Lanzarote, Las Palmas, Malaga, Milan-Malpensa, Palma de Majorque, Pula, Rhodes, Rijeka et Ténériffe. Ces itinéraires sont déjà ouverts à la réservation sur le site de Laudamotion et de Ryanair. L’hiver prochain, la compagnie autrichienne se concentrera sur un service de « navettes urbaines » avec jusqu’à trois autres avions basés à Vienne, permettant aux clients de bénéficier « d’une plus grande sélection de vols à des prix abordables dans les grandes villes européennes ».

Le vol inaugural de Laudamotion de Düsseldorf à Palma de Majorque a décollé dimanche dernier « en un temps record », seulement 25 jours après la prise de contrôle de NIKI le 1er mars. « L’île ensoleillée espagnole » est l’une des destinations les plus importantes de son réseau, mais « toutes les destinations touristiques les plus populaires » seront desservies par Laudamotion en provenance d’Autriche, d’Allemagne et de Suisse.

Rappelons que la low cost Ryanair a annoncé la semaine dernière vouloir acquérir jusqu’à 75% du capital de Laudamotion (24,9% initialement), la nouvelle compagnie aérienne lancée par Niki Lauda après la faillite de la filiale d’Air Berlin Niki – qu’il avait déjà essayé de reprendre. Un investissement en Autriche qui pourrait atteindre 100 millions d’euros, si les autorités européennes de la concurrence donnent leur feu vert à l’opération. L’objectif est de poursuivre le développement et l’expansion de l’entreprise autrichienne Laudamotion GmbH, dont Niki Lauda présidera le nouveau conseil d’administration et sera responsable « dans son nouveau rôle d’établir Laudamotion en tant que compagnie aérienne à bas prix autrichienne pour le marché régulier et charter ». Ryanair fournira un « soutien financier et de gestion » à Laudamotion, ainsi que 6 avions en wet lease pour l’été.

Niki Lauda, ​​président de Laudamotion, a déclaré être « heureux de confirmer que Laudamotion est maintenant opérationnelle, et je voudrais remercier l’équipe de Laudamotion pour tout son travail et son enthousiasme, ce qui nous a permis de démarrer efficacement et à temps. Nous sommes impatients de construire la marque Laudamotion et de créer de nouveaux emplois, plus d’opportunités de promotion et un plus grand choix des consommateurs, en particulier à Vienne où nous allons plus que doubler le nombre d’Airbus de notre base l’année prochaine ». Il ajoute être « heureux d’accueillir Michael O’Leary et l’équipe de Ryanair à Vienne pour marquer le début de notre partenariat, qui verra Laudamotion développer sa flotte à plus de 30 Airbus et offrir un choix plus large et des tarifs plus bas aux consommateurs et aux visiteurs viennois ».

Le CEO de Ryanair évoque de son côté « une excellente nouvelle pour les consommateurs et les visiteurs autrichiens, qui peuvent désormais réserver des vols low cost et bénéficier d’une véritable concurrence et d’un plus grand choix ». Michael O’Leary dit « partager la vision de Niki Lauda de développer une compagnie low-cost autrichienne à succès dans un marché dominé par les filiales autrichiennes et suisses de Lufthansa. En effet, Laudamotion est désormais en pole position pour accélérer rapidement sur les marchés réguliers et charter en Autriche, en Allemagne et en Suisse ». Et précise son intérêt pour les monocouloirs Airbus de Laudamotion, « que nous espérons développer au sein du groupe Ryanair depuis quelques années ».

EasyJet inaugure sa base de Bordeaux, lance l’été à Berlin

Air journal du 29/03/2018

La compagnie aérienne low cost easyJet a inauguré hier sa nouvelle base de Bordeaux, la sixième en France et la trentième en Europe. Le lancement de son programme printemps-été à Berlin-Tegel, sa deuxième base dans la capitale allemande, avec l’annonce de huit nouvelles liaisons dont celle vers Paris-Orly, précédemment opérée depuis Schönefeld.

L’aéroport de Bordeaux-Mérignac accueille désormais trois Airbus A320 de la spécialiste britannique du vol pas cher, qui a officiellement inauguré sa base le 28 mars 2018 avec 110 emplois créés. Cette nouvelle base « illustre la stratégie de croissance opérée par la compagnie orange en France depuis son implantation », souligne easyJet dans un communiqué, dont un passager sur quatre atterrit ou décolle depuis la France. Après avoir annoncé l’ouverture de 8 lignes en fin d’année 2017, easyJet « continue d’élargir son catalogue de destinations » avec une nouvelle liaison vers Rhodes, un vol par semaine étant proposé du 2 mai au 26 octobre. Cette ligne porte le nombre de ses liaisons à Bordeaux à 31, dont 14 sans concurrence, l’offre étant en hausse de 400.000 sièges cet été. Pour l’occasion, la low cost a dévoilé une livrée spéciale arborant une grappe de raisin, symbole iconique de Bordeaux ; cet avion « fera la promotion de la ville et sa région dans les 33 pays » qu’elle dessert.

Le directeur d’easyJet en France François Bachetta se dit convaincu que la base « rencontrera un fort succès, grâce notamment » à l’ouverture de trois destinations citadines (Luxembourg, Tel Aviv, Londres-Southend), la desserte de cinq stations balnéaires (Catane, Faro, Héraklion, Ibiza et Rhodes) mais aussi la liaison domestique vers Bastia. L’investissement à Mérignac permet aussi de « renforcer notre offre à destination des voyageurs business avec des destinations domestiques et trois centres d’affaires (Genève, Lyon et Londres) disponibles en aller-retour quotidien avec départs matinaux », ajoute le dirigeant. Les services Fast Track pour les passagers easyJet Plus et Flexi vont d’ailleurs être installés dans le terminal billi de l’aéroport, ce qui « optimisera les contrôles de sécurité pour nos 19% de voyageurs d’affaires à Bordeaux ». Pascal personne, président de l’aéroport de Bordeaux, souligne de son côté que les low cost y ont accueilli l’année dernière 3 millions de passagers, « soit quasiment 50% » du trafic de Mérignac ; la perspective d’évolution du trafic du terminal billi est de « 50% d’ici 2021 ; nul doute qu’easyJet en sera le principal moteur », et le gestionnaire travaille déjà à l’expansion du terminal.

EasyJet a transporté 10 millions de passagers à Bordeaux depuis le début de ses opérations en 2006, avec une route au départ de Londres-Luton. Au total, ses investissements d’easyJet dans la région ont augmenté de 21% en 2018, permettant de battre un record avec plus de 2,4 millions de sièges disponibles à la vente « offrant un choix plus large de destinations et plus de fréquences de vol à des prix intéressants ». EasyJet revendique presque 30% de parts de marché sur l’aéroport bordelais, avec « plus de lignes domestiques et de connexions internationales que n’importe quelle compagnie », déclare le CEO Johan Lundgren. Bordeaux représente 11% des opérations de la compagnie en France, et cette nouvelle base « couplée à notre expansion sur les principaux aéroports français » font croitre sa capacité de 6% par rapport à 2017, soit 22 millions de sièges sur 257 lignes depuis et vers la France.

Easyjet vante la compétitivité tarifaire de l’aéroport de Bordeaux

La Tribune du 28/03/2018

En inaugurant sa base d’exploitation de Bordeaux, la direction d’Easyjet a salué “la vision stratégique éclairée” de l’aéroport qui a créé, il y a plus de 10 ans, une aérogare à services simplifiés proposant des redevances moins élevées. L’aéroport de Bordeaux va investir 10 millions d’euros dans la modernisation et l’extension de cette aérogare pour pouvoir en doubler la capacité.

Easyjet étend ses ailes dans le sud-ouest. Douze ans après son arrivée à l’aéroport de Bordeaux, la compagnie britannique à bas coûts a célébré ce mercredi l’ouverture d’une base d’exploitation à Mérignac, sa sixième en France. Trois avions et 110 personnes seront basés à Bordeaux. Ce qui permettra d’assurer des vols tôt le matin, toujours appréciés par la clientèle affaire, a rappelé François Bacchetta, le directeur France d’Easyjet.

Neuf nouvelles lignes

La compagnie, qui a transporté l’an dernier 1,8 million de passagers sur 22 lignes, va augmenter cette année son offre en sièges de 21%, à 4 millions de sièges. Cette hausse de capacité va se traduire par l’ouverture de 9 nouvelles routes cet été. « Nous allons continuer à grossir », a assuré Johan Lundgren, le nouveau directeur général d’Easyjet.

Dans un environnement marqué par des débats houleux entre aéroports et compagnies sur le niveau des redevances aéroportuaires, la compagnie aérienne britannique a insisté sur « la compétitivité tarifaire » et « la vision stratégique éclairée » de l’aéroport bordelais dirigé par Pascal Personne.

Billi, l’outil de compétitivité

« Cela s’est traduit par une politique d’investissements raisonnable et progressive en concertation avec les compagnies aériennes clientes. Cette politique s’incarne dans le terminal Billi (terminal low-cost, Ndlr.), un outil compétitif, adapté à notre segment low-cost, le seul vecteur de croissance sur le moyen-courrier en Europe depuis plus de 20 ans. La compétitivité ‘coûts’ de l’aérogare renforce la compétitivité ‘prix’ de la compagnie, lui permettant de proposer des tarifs attractifs qui stimulent le trafic. Je tenais à le rappeler au moment où s’ouvrent les Assises du transport aérien », a déclaré François Bacchetta.

En investissant 5 millions d’euros dans la construction de cette aérogare en 2005, peu après l’ouverture de celle de Marseille, Pascal Personne a gagné son pari depuis longtemps. Le trafic aérien à Bordeaux n’a cessé de progresser, en raison notamment de l’arrivée des compagnies à bas coûts. Avec ses services simplifiées, ce terminal low-cost d’une capacité nominale de 2,5 millions de passagers propose en effet une redevance passager 35% moins élevée que celle en vigueur dans les terminaux classiques de l’aéroport (A,B). Combinée à une taxe d’aéroport parmi les plus basses de France (7 euros par passager), le terminal Billi suscite les compliments d’Easyjet, d’autant plus que sur le plan opérationnel, il permet d’assurer des demi-tours en 25 minutes et de maintenir une productivité « avions » optimale.

10 millions d’euros pour une extension

Face à ce succès, l’aéroport a décidé d’investir 10 millions d’euros dans la modernisation et l’extension de son terminal à bas coûts. Ce segment peut en effet compenser la perte de passagers sur la ligne Paris-Bordeaux fragilisée depuis l’arrivée du TGV en juillet dernier. Le nombre de postes avions va passer de 6 à 9 et la surface du terminal va doubler à 10.000 m2 d’ici à trois ans. Ce qui entraînera le doublement de la capacité d’accueil de ce terminal, à 5 millions de passagers. Pour autant, ces investissements ne vont pas entraîner une hausse des redevances.

« Nous voulons conserver la compétitivité de cette aérogare en maintenant une redevance passager autour de 3,30 euros », a indiqué à La Tribune Pascal Personne.

Surcharge GDS : Travelport et Air France KLM signent un accord

Tourmag du 29/03/2018

Travelport et Air France KLM ont annoncé avoir signé un accord de distribution de contenu via la plateforme Travelport.
Cet accord permet également aux clients sélectionnés par Air France HOP! et KLM d’accéder à une tarification privée par l’intermédiaire de Travelport. Ils pourront bénéficier de l’accès au contenu sans la surtaxe de distribution supplémentaire imposée par Air France KLM à partir du 1er avril 2018.
Travelport est le seul opérateur GDS ayant obtenu plus haut niveau de certification IATA pour le déploiement de la technologie NDC.