News

Suivez notre actu

Au sommaire :

  • Un rapprochement ADP / Vinci créerait un géant des aéroports
  • Air France lance sa campagne de recrutement pilotes filière cadets
  • Volotea a ouvert sa base à Marseille
  • La Compagnie a déménagé à Orly
  • Air France et Hop ! lancent « le Pass »
  • Vinci Airports en T1 : trafic à 2 chiffres au Cambodge, Portugal, Chili, Japon

 

Un rapprochement ADP / Vinci créerait un géant des aéroports

Le Revenu 20/04/2018

Le groupe Vinci, qui possède déjà 8% d’ADP a publiquement fait part de son intérêt en cas de privatisation du gérant des aéroports parisiens. Les deux acteurs français figurent dans le peloton de tête des opérateurs aéroportuaires mondiaux aux côtés de l’espagnol Aena et de l’allemand Fraport. Voici leurs activités en quelques chiffres.
Alors que la possibilité d’une privatisation du groupe ADP se profile, Xavier Huillard, PDG de Vinci a confirmé son intérêt pour l’opérateur des aéroports parisiens. Un accord entre les deux acteurs français créerait un mastodonte du secteur aéroportuaire.
Groupe ADP investit depuis plus de 20 ans dans des concessions aéroportuaires à l’étranger. En 2017, il a accueilli 228 millions de passagers (+7,4%) dans les 26 aéroports qu’il gère directement ou indirectement dans le monde pour un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros.
16 aéroports en Turquie
En France il gère les aéroports parisiens de Paris-Charles de Gaulle et d’Orly – où il réalise 50,4% de son trafic total. L’État détient 50,6% de son capital.
À l’étranger il détient :
– 51% du capital d’Airport international Group (AIG) concessionnaire de l’aéroport d’Amman.
– 46,12% du groupe turc TAV Airport qui gère 16 aéroports : Istanbul, Ankara, Izmir, Gazipasa, Milas-Bodrum et en Tunisie, Monastir et Enfidha-Hammamet, en Géorgie, Tbilissi et Batoumi, en Macédoine, Skopje et Ohrid, en Arabie saoudite, Medine, Qassim, Hail et Yanboun et en Croatie Zagreb (15% avec Groupe ADP qui en détient 20,8%). TAV Airports représente 44,5% de la totalité du trafic du groupe.
– 45% de l’aéroport de Santiago du Chili (en consortium avec Vinci Airport et le groupe de construction italien Astaldi)
– Il est également au capital des aéroports de Conakry (29%), Tananarive et Nosy Be (35%), Maurice (10%), Jeddah-Hajj (5%), et Liège (25,6%)
Vinci exploite 12 aéroports en France
De son côté, Vinci Airports a démarré ses activités en 1995 au Cambodge. Il exploite actuellement 36 aéroports dans le monde, dont 12 en France, pour un chiffre d’affaire de 1,4 milliard d’euros en 2017 en augmentation de 33,5% et 149 millions de passagers transportés (+12,4%) :
– En France : Lyon-Saint-Exupéry et Lyon-Bron, Nantes, Rennes, Toulon, Clermont-Ferrand, Grenoble, Chambéry, Dinard, Poitiers, Saint-Nazaire, Ancenis
– 10 au Portugal : Lisbonne, Porto, Faro, Funchal, Ponta Delgada, Horta, Porto Santo, Santa Maria, Flores, Beja depuis 2013
– 3 au Japon à hauteur de 40% : Kansa International , Osaka Itami, Kobe en consortium avec le groupe japonais Orix, concessions signées en 2016 pour les deux premiers pour 44 ans et en 2017 pour le troisième pour 42 ans.
– 3 au Cambodge depuis 20 ans à hauteur de 70% : Siem Reap, Phnom Penh, Sihanoukville
– 6 en République dominicaine (Las Americas, Puerto Plata, Samana, La Isabela, Arroyo Barril, Barahona) depuis 2016, 100% du capital.
– 1 au Chili : Santiago en consortium avec Groupe ADP (45%) et le groupe de construction italien Astaldi (15%) depuis 2015
– 1 au Brésil : Salvador depuis juillet 2017 (100%).
– Il est actionnaire à hauteur de 8% de Groupe ADP.

Air France lance sa campagne de recrutement pilotes filière cadets

Air Journal 22/04/2018

Air France annonce dans un communiqué du 20 avril relancer sa filière pilotes cadets 8 ans après sa fermeture. Elle estime son besoin de recrutement à 250 pilotes par an, « porté par les départs naturels et par une croissance importante de la flotte et de l’offre Air France, Joon et Transavia ».
Les premières intégrations en école débuteront dès cet été et c’est l’ENAC, Ecole Nationale de l’Aviation Civile, qu’Air France a retenue pour sélectionner et former ses futurs pilotes de ligne. Leur cursus se fera sur 20 mois jusqu’à l’obtention des licences nécessaires pour l’exercice de leur métier. Ils rejoindront ensuite le groupe Air France en tant que pilotes sur Airbus A320 ou Boeing 737.
L’ENAC est la première école de pilotage en Europe, reconnue mondialement pour l’exigence de ses sélections et l’excellence de sa formation, rappelle Air France. Depuis 70 ans, cette école forme les pilotes de ligne pour les compagnies aériennes du monde entier, dont 4 des 10 plus grandes compagnies au monde (dont Air France qui prévoit de lui confier 60 cadets dès cette année).
L’ENAC assurera la sélection de tous les cadets sur les phases de tests psychomoteurs et psychotechniques. Pour les candidats retenus, la formation, entièrement financée par Air France, débutera par 9 mois de théorie sur le campus toulousain de l’école et se poursuivra dans des centres spécialisés pour la formation pratique.
« Air France et l’ENAC forment ensemble, avec une grande expertise, les futurs pilotes de la compagnie depuis de nombreuses années. En confiant ses cadets à une école de stature internationale et référence dans l’univers de l’aérien, Air France fait le choix d’une formation d’excellence », a déclaré Olivier Dulat, directeur général adjoint opérations aériennes d’Air France.
Pour Philippe Crébassa, directeur adjoint de l’ENAC : « c’est une très grande satisfaction d’être le partenaire privilégié d’Air France pour former la prochaine génération de pilotes. Nous partageons les mêmes valeurs d’excellence et de performance qui fondent notre coopération ».

Volotea a ouvert sa base à Marseille

L’Echo Touristique 19/04/2018

La compagnie espagnole a inauguré sa cinquième plateforme française, sur l’aéroport de Marseille, et propose 290 000 sièges vers 19 destinations.
Quatre ans après avoir débuté ses opérations au départ de Marseille, avec un seul vol sur Strasbourg, la compagnie espagnole Volotea a inauguré, hier, sa base permanente sur la plate-forme aéroportuaire. Une décision motivée par la progression constante du nombre de ses passagers dans la cité phocéenne : 3 500 en 2014, 40 000 en 2015, 150 00 en 2017, et 250 000 prévus en 2018.
Désormais, deux avions Boeing 717 sont basés à l’aéroport. D’une capacité de 125 sièges chacun, ils desservent 19 destinations, dont 9 nouvelles : Biarritz et Caen dans l’Hexagone, Santorin, Corfou, Mykonos, Héraklion en Grèce, Funchal à Madère, Minorque et Palma de Majorque aux Baléares.
Au total, Volotea propose 290 000 sièges cette année depuis Marseille. A moyen terme, la compagnie remplacera les Boeing par deux Airbus A 319 de 150 sièges et pouvant voler 3500 kilomètres.
Soixante postes créés
Cette installation s’accompagne de la création de 60 postes, principalement des pilotes et membres d’équipage, sous contrat français, mais aussi du personnel pour l’assistance, la maintenance et l’administratif.
« A moyen terme, nous pourrons déployer jusqu’à 40 routes au départ de Marseille », estime Carlos Munoz, le PDG et fondateur de la compagnie, dont le siège est à Barcelone. La cité phocéenne est la 5ème base française, après Nantes, Toulouse, Strasbourg et Bordeaux. « Le marché français est dans notre top 3, avec l’Italie et l’Espagne. D’ici 5 ans, nous compterons 7 à 8 bases en France », souligne-t-il.
Low cost ou pas ?
La compagnie, qui s’est installée dans le terminal A de l’aéroport, et non pas dans le terminal dédié aux low cost, ne se considère pas comme telle. « Nous avons une gestion de coûts serrée et des prix compétitifs, certes, mais notre offre comprend deux bagages gratuits et l’espace entre les sièges est de 51 cm. En outre, notre modèle de distribution est ouvert, un tiers de nos ventes sont assurées par les agences et les tour-opérateurs », précise Pierfrancesco Carino, directeur des ventes.
La clientèle est à 10% Business, 40% affinitaire (étudiants, famille en visite, etc) et 50% purement Loisirs. « Notre programme d’avantages MegaVolotea va évoluer vers un modèle de Frequent Flyer, très adapté à la clientèle Affaires », dit-il.
Volotea est la quatrième compagnie à avoir choisi Marseille comme base, au même titre qu’Air France, TwinJet et Aigle Azur. Elle arrive en deuxième position après Air France, en terme de passagers. Quant au retour de la low cost Ryanair, en tant que compagnie installée à demeure sur la plate-forme, « aucune décision n’a été prise à ce jour », conclut Philippe Bernand, président du directoire de l’aéroport. Son objectif global d’atteindre 11 millions de passagers en 2025, contre 9 millions en 2017, est toujours d’actualité.

La Compagnie a déménagé à Orly

Déplacements Pros 22/04/2018

La Compagnie quitte Roissy CDG et s’installe comme promis à Orly. La compagnie 100% classes Affaires, désormais intégrée à XL Airways, s’en rapproche et renoue à cette occasion avec le créneau abandonné par l’ancienne compagnie L’Avion, qui reliait également en 100% business et directement Orly à New-York.
Le B 757 de La Compagnie a été salué comme il se doit par les jets d’eau des pompiers d’Orly. La Compagnie y assurera désormais ses deux départs quotidiens vers Newark.

Air France et Hop ! lancent « le Pass »

Déplacements Pros 20/04/2018

C’est un nouveau produit Air France et Hop! qui devrait intéresser les PME/PMI pour leurs prochains déplacements. Le Pass offre aux voyageurs la création de leur propre “carnet” de vols prépayés ce qui permet d’anticiper les coûts du voyage. Une formule plus souple que les abonnements et aux tarifs plus attractifs selon le volume choisi.
Avec le Pass, l’utilisateur va choisir le nombre de vols, les destinations, la période de voyage et construire son propre plan de voyages en fonction de ses besoins. Originalité de l’offre : il est possible de le transférer à des collègues, pourquoi pas des amis ou de la famille. Seule l’Europe (et l’Afrique du Nord, sont aujourd’hui concernés par cette offre.
Pour bien comprendre l’intérêt du pass, il suffit de faire un test sur le site dédié qui offre une palette de choix comme le volume de vols choisi, la ou les destinations retenues, la flexibilité ou non, les dates de voyage avec ou sans contrainte. Bref, un à la carte totalement paramétrable qui détermine le prix du coupon à l’avance. Le prix les plus bas : 97 € à condition de préparer 60 jours à l’avance son déplacement… 303 euros sans aucune contrainte de date et avec une réservation flexible jusqu’à deux heures avant le départ.
Notons que les deux compagnies proposent de ne payer lors de l’achat que 30 % du prix total du pass. Utile pour étaler la trésorerie d’une petite entreprise.

Vinci Airports en T1 : trafic à 2 chiffres au Cambodge, Portugal, Chili, Japon

Air Journal 21/04/2018

Vinci Airports a révélé ses bons résultats à l’international, avec un trafic qui explose à Phnom Penh (+34,5 %) et d’autres belles performances à deux chiffres au Portugal (+12 %), Chili (+14%), Japon (+10 %). Elle rappelle enfin qu’elle a commencé la gestion de l’aéroport de San Salvador de Bahia au Brésil.
Au Portugal, les 10 aéroports gérés par VINCI Airports voient leur trafic progresser de 12,0 % et atteindre 10,4 millions de passagers. Cette croissance reflète notamment la bonne performance des cinq principales compagnies aériennes qui opèrent au Portugal et qui ont toutes affiché une croissance à deux chiffres. Lisbonne conforte sa position de hub international avec un trafic en hausse de 15,9 %, tandis que Porto, après avoir franchi la barre symbolique des 10 millions de passagers en 2017, affiche une croissance de 12 %. À Faro, le trafic reste stable malgré les faillites de Monarch et d’Air Berlin en 2017.
Au Cambodge, les trois aéroports du pays affichent des trafics en très forte hausse. Les aéroports cambodgiens ont accueilli 3 millions de passagers, soit une hausse de 26,1 %. La croissance est particulièrement marquée à l’aéroport de Phnom Penh, qui a accueilli 1,4 million de passagers (+34,5 %). Ceci reflète l’arrivée de nouvelles compagnies comme Malindo, Vietjet et Shenzhen Airlines, la croissance des compagnies chinoises comme Spring, China Southern Airlines et Xiamen Airlines, et l’ouverture de nouvelles grandes destinations par des compagnies locales telles que Singapour et Bangkok par JC Airlines et Lan Mei. L’activité à Siem Reap est également soutenue avec une croissance de 17,4 % portée principalement par les voyageurs venant de Chine et par le marché domestique.
Au Chili, le trafic à l’aéroport de Santiago est en hausse de 14 %. Cette croissance est portée par la nouvelle compagnie low-cost JetSmart qui continue de stimuler le trafic domestique, et la performance dynamique de Sky Airline. Le trafic international poursuit sa rapide expansion, porté par les excellentes performances d’Aerolíneas et d’Avianca et la croissance soutenue du nombre de passagers en provenance d’Argentine et du Brésil.
Au Japon, les deux aéroports du Kansai enregistrent sur le premier trimestre une croissance de 10%. Comme au trimestre précédent, la croissance significative du trafic à l’aéroport du Kansai (+13,6 %) s’explique en majeure partie par la poursuite du fort développement du trafic international, notamment avec la Corée du Sud, la Chine, Hong Kong, Taiwan et les pays de l’ASEAN. Le trafic avec l’Europe augmente également de 4 % avec une augmentation decapacités qui devrait se poursuivre cet été. Cette performance est également soutenue par l’ouverture en 2017 de plusieurs nouvelles destinations dont Sydney par Qantas et Honolulu par AirAsia X et Scoot.
En République dominicaine, les six aéroports gérés par VINCI Airports voient leur trafic reculer de 2,9 % en raison plusieurs événements défavorables. Saint-Domingue (-2,4 %) a fortement été impacté par la faillite de PAWA Dominicana. Sa compagnie soeur vénézuélienne Aserca est restée immobilisée, ce qui a accentué la baisse du nombre de passagers. Le trafic à Puerto Plata (-5,4 %) a subi les effets de la faillite d’Air Berlin et le retrait d’Arkefly d’Amsterdam. Les bonnes performances de Samaná (+8,4 %) et de La Isabela (+18,6 %) compensent les baisses à Saint-Domingue et à Puerto Plata grâce, d’une part, à de nouvelles lignes au départ de Samaná comme Francfort par Condor et l’Argentine par Andes, et, d’autre part, à une augmentation des vols entre La Isabela et San Juan opérés par Air Century.
Au Brésil, VINCI Airports a officiellement commencé à gérer l’aéroport de Salvador en janvier 2018, le trafic affichant une hausse de 6,0 %. Depuis sa reprise des opérations, VINCI Airports a mis en place une nouvelle équipe de marketing aéronautique à Salvador afin de travailler sur le développement du trafic. Avec le soutien des autorités locales, l’entreprise a également mis en oeuvre une nouvelle politique tarifaire et un programme incitatif afin d’attirer de nouvelles compagnies aériennes. Cette stratégie porte déjà ses fruits. En janvier, Gol a ouvert une nouvelle ligne entre Salvador et Santiago du Chili. Azul a renforcé les liaisons avec ses principaux hubs et Avianca a lancé de nouvelles opérations vers São Paulo, Bogota et Fortaleza.