News

Suivez notre actu

Au sommaire :

  • Rentrée sociale chargée : 18 septembre et 9 octobre au calendrier
  • 75 postes menacés chez Hop! Air France
  • Le gouvernement fait le portrait-robot du patron idéal pour Air France
  • Ryanair : la politique des bagages payants remise en question par une association de consommateurs en Espagne
  • United Airlines : trois nouvelles dessertes européennes à l’été 2019

 

Rentrée sociale chargée : 18 septembre et 9 octobre au calendrier

Déplacementspro du 3/09/2018

Pas de surprise, la nomination de Benjamin Smith au poste de DG d’Air France/KLM ne calme pas le jeu, on peut même dire au contraire. Cette nomination s’accompagnant d’annonces – vraies ou fausses – sur un triplement de la rémunération du poste, la réunion de l’intersyndicale de ce lundi 27 août a abouti à confirmer la revendication d’une hausse générale de “rattrapage” de 5,1% des salaires dans les plus brefs délais.
L’intersyndicale précise que cette hausse correspond à l’inflation 2012/2017 et qu’une “déclaration unitaire sera lue au Comité Central d’Entreprise d’Air France” qui doit se tenir ce jeudi 30 août.
Il reste que le nouveau patron ne prendra ses fonctions que le 30 septembre, alors que la CGT menace d’organiser très vite de nouvelles grèves. Un hiatus de timing qui risque de conduire les voyageurs d’affaires à choisir de réserver leurs billets, comme en juin, sur d’autres compagnies pour réduire les risques et les incertitudes.

75 postes menacés chez Hop! Air France

Air journal du 1er/09/2018

Lors d’un comité d’entreprise (CE) jeudi 30 août, la direction de Hop! Air France a annoncé son intention de supprimer 110 postes, et d’en créer « 35 dans la foulée ».

L’annonce relayée par le Télégramme ajoute que ce sont donc 75 postes qui sont menacés dont 23 à Morlaix. «Des chiffres qui peuvent encore être affinés d’ici au prochain CE, prévu le 12 septembre», précisent les syndicats au Télégramme. Le journal qui demandé confirmation à la direction de Hop! n’a pas obtenu de réponse. A Morlaix, ce sont essentiellement les services administratifs qui sont visés.

«On saura le 12 s’il y a un plan de départ volontaire adossé à un plan de sauvegarde de l’emploi. Mais on sait déjà que les possibilités de reclassement à Morlaix, c’est zéro. Aucun poste ne sera créé ici. Les gens auront le choix entre Nantes ou aller chez Air France, à Paris…», expliquent les deux représentantes syndicales au Télégramme.

Rappelons que le site de Morlaix connaît un resserrement continu de son effectif notamment en 2016, avec 66 postes supprimés lors de la fusion des trois entités que sont Brit ‘Air, Airlinair et Régional, et qui forment aujourd’hui Hop! Air France.

Le gouvernement fait le portrait-robot du patron idéal pour Air France

La Tribune du 31/08/2018

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a détaillé, ce matin vendredi 31 août au sortir du conseil des ministres, les qualités humaines et managériales requises pour le poste de patron d’Air France. Ce qui laisse présager, alors que Benjamin Smith doit prendre le 30 septembre (“au plus tard”) ses fonctions de directeur général d’Air France-KLM, maison-mère de la compagnie aérienne française, une nouvelle orientation de la gouvernance du groupe. Des rumeurs laissaient entendre que Franck Terner, l’actuel Pdg d’Air France, pourrait être prochainement remplacé.

Air France doit avoir un patron à la fois attentif au contexte social de la compagnie française et capable de la ramener dans la course face à ses concurrentes internationales, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Air France-KLM, maison-mère de la compagnie française, a nommé le 16 août Benjamin Smith, numéro deux d’Air Canada, au poste de directeur général en annonçant son arrivée “au plus tard” le 30 septembre.

Un successeur à Franck Terner pour négocier avec les syndicats ? Une source proche du dossier a dit à Reuters la semaine dernière que Franck Terner pourrait être remplacé à la direction générale d’Air France, son éventuel successeur étant destiné à devenir le principal interlocuteur des syndicats, qui ont déjà mené cette année 15 jours de grèves sur les salaires. “Air France doit pouvoir demain rivaliser avec de grandes compagnies internationales et faire face à la concurrence, c’est ça au fond le portrait de celui ou de celle qui aura vocation à prendre cette direction”, a dit Benjamin Griveaux en réponse à une question sur le profil recherché pour le futur patron d’Air France. Il a également précisé, lors du compte rendu du conseil des ministres :

“Une écoute attentive au contexte social d’une entreprise dont on connaît l’identité particulière mais aussi une stratégie pour lui permettre de répondre à la concurrence croissante sur un secteur aérien en pleine croissance.”

Le “bon dirigeant” doit savoir “entendre” mais aussi “proposer”

Il détaillait plus profondément encore le type de management souhaité : “Tout bon dirigeant d’un groupe, quel que soit le groupe, doit avoir à cœur le bien-être des salariés, doit entendre les revendications qui sont celles des salariés, exprimées parfois par des partenaires sociaux qui les représentent, et en même temps proposer une stratégie gagnante pour une entreprise qui est dans un secteur en croissance mais un secteur extrêmement concurrentiel”, a-t-il ajouté.

L’intersyndicale d’Air France a annoncé jeudi qu’elle se réunirait le 7 septembre pour décider d'”actions” destinées à contraindre la direction de la compagnie à reprendre les négociations salariales interrompues depuis la démission en mai de Jean-Marc Janaillac de ses fonctions de PDG d’Air France-KLM et de président d’Air France. L’Etat français détient 14,3% d’Air France-KLM.

Ryanair : la politique des bagages payants remise en question par une association de consommateurs en Espagne

Air journal du 02/09/2018

FACUA-Consumidores en Acción (Consommateurs en action), une organisation non gouvernementale à but non lucratif, a déposé une plainte contre la compagnie aérienne à bas prix qui a annoncé des modifications à sa réglementation bagages à compter du 1er novembre.

Selon FACUA, la nouvelle politique de bagage à main de Ryanair, qui indique qu’une seule franchise bagage à mains, à glisser sous le siège sera autorisée, les autres bagages étant payants, viole la loi et est «abusive», affirme le groupe de consommateurs espagnol. Le groupe a donc déposé une plainte auprès de l’Agence nationale de sécurité de l’aviation (AESA) et de l’Agence espagnole pour la consommation, la sécurité alimentaire et la nutrition (Aecosan). FACUA a déclaré dans un communiqué qu’elle « considère qu’il s’agit d’une pratique abusive et prévient qu’elle cause un grave préjudice aux consommateurs, viole leurs droits et viole les conditions de base du contrat de transport aérien».

Le groupe de consommateurs a déclaré que la nouvelle politique de Ryanair enfreint la loi espagnole sur la navigation aérienne, citant l’article 97 de la «Ley de Navegación Aérea»: «Le transporteur sera obligé de transporter gratuitement objets et paquets que le voyageur transporte avec eux. Les seules exceptions qui permettent d’en refuser le transport sont pour des raisons de sécurité, liées au poids ou à la taille de l’objet, ou en relation avec les caractéristiques de l’aéronef. »

Ryanair a complètement nié les revendications, les qualifiant de «clairement fausses». Son porte-parole a déclaré: «Aucune compagnie aérienne ne permet à tous les passagers d’apporter tous leurs bagages dans l’avion », ajoutant que il y a encore « jusqu’à il y a quatre ans, Ryanair n’autorisait qu’un seul bagage à main – aujourd’hui, jusqu’à 50% des clients continueront à apporter deux bagages à main gratuits à partir du 1er novembre, lors de leur embarquement prioritaire. »

Dans la nouvelle politique bagages, les clients prioritaires à l’embarquement peuvent continuer à apporter 2 bagages à main gratuits (1 sac de 10 kg et 1 petit sac dont la taille maximale augmente). En revanche, les clients non prioritaires ne peuvent apporter qu’un bagage à main gratuit (petit) à partir du 1er novembre. Si ces clients non prioritaires veulent apporter un 2ème sac (à roulettes) plus grand, ils peuvent acheter un bagage de 10 kg moins cher au prix de 8 € au moment de la réservation (actuellement, un sac de 20 kg coûte 25 €). Ce sac à roulettes de 10 kg doit être enregistré au guichet de l’aéroport. «Notre nouveau coût réduit de 8 € pour un bagage de 10 kg (comparé aux 25 € actuels pour un bagage de 20 kg) signifie que les revenus des bagages enregistrés vont probablement diminuer, car nous offrons plus d’économies aux clients de Ryanair », précise la low cost. Seulement 95 personnes par vol, soit environ la moitié des passagers, pourront réserver un embarquement prioritaire en raison de l’espace limité dans la cabine.

Les clients voyageant avec Ryanair avant le 1er novembre ne seront pas concernés par les nouvelles règles. Ceux qui ont déjà réservé pour voler après cette date ont la possibilité de se conformer à la politique, de payer un supplément pour un embarquement prioritaire ou d’enregistrer un sac, ou de demander un remboursement complet.

Le 29 août, le ministre espagnol des Transports José Luis Abalos a répondu sur Twitter son intention de rencontrer des représentants de la compagnie low cost pour discuter de cette mesure. « C’est une question réglementaire à la fois au niveau européen et au niveau de la législation nationale elle-même. Nous devons donc veiller au respect de ces règles », a-t-il twitté.

United Airlines : trois nouvelles dessertes européennes à l’été 2019

Air journal du 31/08/2018

United Airlines a annoncé trois nouvelles routes vers l’Europe pour l’été prochain : un service régulier toute l’année entre Los Angeles et Amsterdam, un service saisonnier estival entre New York et Naples et un autre entre New York et Prague.

À compter du 30 mars 2019, United Airlines proposera une liaison sans escale entre San Francisco et Amsterdam. La ligne sera opérée en Boeing 787-9 pouvant accueillir jusqu’à 252 passagers (48 en classe Affaires, 204 en classe Économie). Elle sera en concurrence directe avec la compagnie néerlandaise KLM, partenaire de Delta Air Lines dans une joint-venture transatlantique. United Airlines fera également face à la forte présence de Delta qui connecte Amsterdam au départ de 10 villes américaines (Atlanta, Boston, Detroit, Los Angeles, Minneapolis, New York, Orlando, Portland, Salt Lake City et Seattle).

United Airlines exploite actuellement des services quotidiens durant toute l’année au départ de quatre villes nord-américaines -Chicago, Houston, New York-Newark et Washington-Dulles) à destination d’Amsterdam.

Du 22 mai 2019 au 4 octobre 2019, United lancera également un service sans escale tous les jours entre New York-Newark et Naples dans le sud de l’Italie. Elle sera sans concurrence sur cette ligne. Et à partir du 6 juin jusqu’au 4 octobre 2019, United Airlines proposera aussi un service saisonnier quotidien sans escale entre New York-Newark et Prague. Vers la capitale tchèque, elle sera en concurrence avec Delta qui propose une offre saisonnière similaire, mais cette fois au départ de l’aéroport international New York-John-F.-Kennedy.

Les deux routes vers Naples et vers Prague seront opérées en Boeing B767-300. Ces deux dernières dessertes s’inscrivent dans une stratégie d’United qui consiste à explorer de nouveaux marchés en Europe avec des liaisons saisonnières. Si la desserte est potentiellement rentable, elle deviendra permanente. Rappelons que depuis le début de l’année, la compagnie américaine a ajouté New York-Porto, au Portugal. Elle est devenue le premier transporteur américain à desservir Porto, Reykjavik ainsi que Edinburgh.