News

Suivez notre actu

Au Sommaire :

  • HOP! Air France reliera Pau à Brest, Caen et Strasbourg
  • Les droits à indemnisation des passagers français explosent
  • Aéroport de Pointe-à-Pitre : +5% au premier semestre
  • Ryanair détaille l’impact de la grève de vendredi
  • Suisse : la grève du contrôle aérien du 23 juillet suspendue
  • La meilleure compagnie aérienne 2018 est…
  • Level décolle de Vienne, desservira Paris en août

HOP! Air France reliera Pau à Brest, Caen et Strasbourg

Air journal du 18/07/2018

La compagnie aérienne HOP! Air France lancera l’hiver prochain à Pau trois nouvelles liaisons saisonnières, vers Brest, Caen et Strasbourg, tandis que la ligne vers Lille sera réaménagée.
L’aéroport de Pau-Pyrénées accueillera en hiver trois nouvelles liaisons proposées le samedi sur deux périodes : les vols vers Brest, Caen et Lille s’effectueront du 22 décembre 2018 au 5 janvier 2019 et du 9 février au 2 mars 2019, et la route vers Strasbourg sera opérée du 24 novembre 2018 au 5 janvier 2019 et du 9 février au 2 mars 2019. La filiale régionale d’Air France desservira Brest-Bretagne en Bombardier CRJ1000 de cent sièges, Caen-Carpiquet en ATR 72-600 de 72 sièges et Strasbourg-Entzheim en CRJ1000. Par ailleurs, HOP! « réaménage les horaires » de la ligne Pau – Lille-Lesquin tout en proposant à nouveau un vol hebdomadaire tous les samedis en Embraer 190 de 100 sièges.
HOP! Air France maintiendra son programme d’hiver à Pau vers ses trois autres destinations, avec 6 vols quotidiens vers Paris-Orly, 3 vols quotidiens vers Paris-Charles de Gaulle et 3 vols quotidiens vers Lyon.
Hélène Abraham, Directrice Commerciale, Marketing et Produits au sein de l’activité court-courrier d’Air France appelée HOP!, a déclaré dans un communiqué : « nous sommes ravis d’annoncer l’ouverture du programme hiver 2018/2019 pour les lignes de Pau à destination de Brest, Caen, Lille et Strasbourg. Nous sommes confiants sur la pleine réussite de ces lignes, qui viennent répondre aux besoins de nos clients ».
Didier Laporte, Président d’Air’py, gestionnaire de l’Aéroport de Pau-Pyrénées, a ajouté : « nous nous réjouissons de l’ouverture de ces trois nouvelles lignes. L’hiver dernier, la ligne Pau-Lille a attiré une clientèle de visiteurs et de skieurs, mais aussi de nombreux clients résidant à Pau et dans le sud-ouest. Nous attendons les mêmes typologies de passagers sur ces nouvelles liaisons ».
Les clients peuvent dès à présent effectuer leur réservation sur ces nouvelles lignes sur les sites internet de HOP! et d’Air France, via les centres d’appel ou en agence.

Les droits à indemnisation des passagers français explosent

Les Echos du 17/07/2018

Sur les six premiers mois de l’année la facture dépasse les 353 millions d’euros, contre 149 millions au premier semestre 2017, a calculé la plateforme AirHelp.
Grèves, annulations, retards… Les six premiers mois de 2018 ont été chaotiques dans le transport aérien, tout particulièrement en France. Et pour les passagers lésés, cette situation se traduit par une explosion des droits à indemnisation… à condition de les réclamer.
Durant cette période 1,02 million de passagers français ont en effet subi un retard, une annulation ou une surréservation. Ce qui leur donne potentiellement « droit à 353 millions d’indemnisations, ce qui représente 204 millions de plus qu’au premier semestre 2017 », estime la plateforme américaine AirHelp créée en 2013 et qui se présente comme le leader mondial de l’indemnisation des passagers aériens (*).
Sur la même période de 2017, 418.119 passagers avaient subi de graves perturbations de vols ouvrant droit à une indemnisation en vertu de la loi européenne EC261 (retards de plus de trois heures, annulation de vols, etc.). « Nous constatons donc une augmentation de passagers concernés proche de 60 % (58 % pour être exact, NDLR) sur le territoire français », notent les analystes AirHelp qui alimentent pays par pays leur base de données « Periscope » avec des informations fournies par les compagnies aériennes, les gestionnaires d’aéroports, etc.

Les grèves ne sont plus une « circonstance extraordinaire »
Cette inflation vaut aussi sur le plan mondial : 4,49 millions de passagers ont droit à 1,9 milliard d’euros d’indemnités sur la période qui va du 1er janvier au 30 juin 2018, soit 499,5 millions de plus (+26 %) qu’au premier semestre 2017.
Comment l’expliquer ? AirHelp pointe la conjonction de plusieurs facteurs : l’augmentation des prix des billets due à la hausse des prix du carburant, la pénurie internationale de pilotes, des capacités aéroportuaires insuffisantes et les grèves – notamment celle d’Air France, qui font des ravages. Sans oublier le contrôle aérien français, et ses moyens largement dépassés , qui génèrent 33 % des retards constatés dans le ciel européen pour 20 % du trafic contrôlé.

Des décisions de justice favorables aux passagers
Au sein de l’Union européenne, l’augmentation des indemnisations s’explique aussi par une décision de justice. Au début de 2018 la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a statué que « les grèves du personnel des compagnies aériennes, même sauvages ne peuvent plus être considérées comme une circonstance extraordinaire et que les compagnies aériennes doivent être tenues responsables de ces grèves », explique aux Echos Hayat Boufeldja, la porte-parole France d’AirHelp. Des décisions favorables ont également été rendues pour protéger les droits des passagers en cas de correspondance manquée.
Ces passagers échaudés pourront-ils compter sur une amélioration au second semestre ? « Alors que le prix du carburant augmente, nous ne nous attendons pas à ce que les compagnies aériennes réduisent leurs profits. Il est évident qu’ils vont simplement augmenter les prix des billets et faire en sorte que les voyageurs couvrent ces pertes », commente le PDG d’AirHelp, Henrik Zillmer qui anticipe de nouvelles et importantes perturbations pour la période estivale.

(*) Les autres plateformes sont : Refundmyticket (française), Air Idemnité (française) Vol-Retardé (néerlandaise), FlightRight (allemande) et Refundme (allemande).

Aéroport de Pointe-à-Pitre : +5% au premier semestre

Air journal du 17/07/2018

Le 1er semestre 2018 à l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes se solde par un trafic en croissance de 5% (hors transit), porté par une saison des croisières particulièrement dynamique en début d’année et une conjoncture globalement favorable à l’ensemble du trafic aérien français.
Sur le mois de juin 2018, le trafic de l’aéroport guadeloupéen a augmenté de 2,8% avec 154.189 passagers accueillis (hors transit), soit 4198 passagers de plus qu’en juin 2017. Le trafic en transit a connu un recul par rapport à juin 2017, quand il avait été « artificiellement augmenté » par les escales techniques réalisées à Pointe à Pitre par les vols Air France en provenance de Bogota et à destination de Paris, rappelle le gestionnaire de l’aéroport dans son communiqué.
L’Amérique du nord, en particulier, confirme son dynamisme avec une augmentation de 45% (plus de 2000 passagers supplémentaires) entre juin 2017 et juin 2018. En revanche sur le réseau régional, le segment Fort de France/Cayenne recule de 9,1%, pénalisé par la nouvelle politique tarifaire des compagnies régionales en place depuis près d’un an. Le trafic sur les Iles du Nord, Saint Martin et Saint Barthélémy, s’est infléchi de 1,0%.
La croissance du 1er semestre 2018 profite à la majorité des faisceaux, la plus forte étant enregistrée sur l’Europe (20,1%) portée par la saison croisière :
o France hexagonale : +9,5%
o Amérique Nord : +9,1%
o Et Caraïbe : +4,9%
Enfin, avec une croissance de 31,0%, l’activité fret a été particulièrement dynamique en juin 2018, et clôture le semestre avec +15,8% de trafic supplémentaire, soit 7076 tonnes de fret avionnées.

Ryanair détaille l’impact de la grève de vendredi

Air journal du 18/07/2018

Les pilotes irlandais de la compagnie aérienne Ryanair seront de nouveau en grève le 20 juillet, mais aussi le 24 à la veille du préavis déposé par plusieurs syndicats de PNC dans d’autres pays. 24 vols ont été annulés préventivement pour vendredi, de nouveau uniquement sur des routes entre l’Irlande et le Royaume Uni.
Après les 30 annulations causées par la grève de jeudi dernier, la spécialiste irlandaise du vol pas cher a préventivement supprimé 24 des près de 290 vols prévus le 20 juillet 2018. Ryanair a précisé que le mouvement des pilotes irlandais « qu’elle regrette, n’affectera qu’un peu plus de 4000 des 55.000 clients attendus sur ses routes entre l’Irlande et le Royaume Uni vendredi », jour où elle doit accueillir au total environ « 430.000 passagers en Europe ». Cette grève « n’est pas nécessaire », a répété hier la low cost, rappelant qu’elle avait fait des propositions écrites sur les revendications du syndicat IALPA (Association irlandaise des pilotes de ligne), désormais intégré dans Fórsa dont la reconnaissance n’est toujours pas finalisée. La proposition d’une réunion hier par Ryanair, y compris avec son directeur des opérations Peter Bellew et les responsables du planning pilotes, a été refusée au motif que toutes les personnes concernées ne pourraient être présentes. La porte reste toutefois ouverte par le syndicat pour une rencontre « mercredi ou jeudi ».
Forsa a précisé que la grève de vendredi ne sera suspendue « que s’il y a des mouvements sur les onze points de revendications présentés » : son porte-parole Bernard Harbor a précisé dans le Irish Times que le syndicat avait besoin de « quelque chose de bien plus tangible, de réels progrès, d’un engagement réel » de la part de Ryanair pour annuler son mouvement. Le syndicat exige une modification de la gestion des transferts de pilotes entre bases en Europe et en Afrique du nord, et surtout la création d’une liste d’ancienneté : les pilotes souhaitent que ceux ayant le plus d’ancienneté soient les premiers à bénéficier de droits incluant le choix de la base, les promotions ou la possibilité de prendre des congés lors des vacances scolaires.
Rappelons que les pilotes irlandais, dont un autre préavis porte sur la journée du 24 juillet, ne sont pas les seuls employés de la low cost à vouloir se mettre en grève : le syndicat VC en Allemagne fait voter les pilotes sur le principe d’une grève en aout, tandis qu’un appel à la grève pour 24 à 48 heures les 25 et 26 juillet a été lancé par des syndicats d’hôtesses de l’air et stewards en Belgique, au Portugal, en Italie et en Espagne.

Suisse : la grève du contrôle aérien du 23 juillet suspendue

Air journal du 17/07/2018

Skyguide, l’organe de gestion du contrôle aérien détenu par la Confédération suisse, a lancé une médiation afin de résoudre le conflit avec le syndicat Skycontrol. La grève prévue le 23 juillet est suspendue.
Une réunion est prévue ce 17 juillet 2018 entre le syndicat et l’entreprise du contrôle aérien, qui avait saisi, au lendemain du dépôt d’un préavis de grève par le syndicat d’aiguilleurs du ciel, la Chambre des relations collectives de travail (CRCT) du canton de Genève. Toutes les parties sont tenues au silence, et à l’absence d’action, le temps de la conciliation.
Les revendications du syndicat Skycontrol portent sur est la nouvelle convention collective, qui a été signée par trois autres syndicats. « Une mascarade », affirme un membre de Skycontrol dont les contrôleurs aériens ont voté à 77,2% contre le texte proposé suite à l’échec d’une première médiation. Le syndicat réclame en particulier 125 jours de repos annuels, au motif que le sous-effectif les conduit à travailler parfois six jours de suite avec un seul jour off avant la série suivante de cinq jours travaillés. Côté salaires, Skycontrol demande une augmentation annuelle de 1,8% mise ne place en 2017 pour trois ans, avec compensation rétroactive, « ou une augmentation équivalente des jours de repos ». Enfin ça coince aussi sur l’âge de départ à la retraite, qui pourrait être rehaussé selon le syndicat.
Si la grève est maintenue, elle pourrait affecter jusqu’à 50 vols par jour « ainsi que 3500 survols aériens de la Suisse ». Outre l’aéroport de Genève-Cointrin, la grève devrait toucher les passagers à Berne, Sion, Lugano, Granges et Emmen ; Zurich-Kloten ne sera pas affecté.

La meilleure compagnie aérienne 2018 est…

Déplacementspro du 17/07/2018

… Singapore Airlines. La compagnie asiatique a ravi la première place de Qatar Airways lors de cette nouvelle édition des awards de Skytrax. Par ailleurs, ce classement fait encore une fois la part belle aux transporteurs du Golfe et d’Asie puisqu’ils occupent 9 des 10 places du Top 10.
Singapore Airlines s’est vue remettre le titre de meilleure compagnie aérienne au monde le 17 juillet 2018 lors de la nouvelle édition des Skytrax World Airline Awards.
Elle est ainsi passée devant Qatar Airways qui était sur la première marche du podium en 2017. Les voyageurs ont entre autres apprécié la nouvelle cabine double en première classe de la compagnie, récompensée du prix “meilleure First Class du monde 2018”.
ANA All Nippon Airways est pour sa part encore une fois 3eme. Viennent ensuite Emirates, EVA Air et Cathay Pacific. Bien qu’elle ait remporté sa 5ème étoile Skytrax en décembre dernier, Lufthansa – seule compagnie européenne du Top 10 – se trouve comme l’année dernière en 7eme position. Une place qui lui permet également d’obtenir le titre de meilleure compagnie aérienne européenne.
L’Allemande est ensuite suivie par les Asiatiques : Hainan Airlines, Garuda Indonesia et Thai Airways. Air France est une nouvelle fois descendue dans le classement. 18eme en 2017, elle est désormais 25eme. Toutefois comme les participants partent rarement bredouille du gala des Skytrax World Airline Awards, la compagnie a quelques prix en poche pour se consoler.
Les voyageurs sondés par Skytrax ont, en effet, plébiscité certains de ces services, et plus particulièrement sa classe La Première. Désignée meilleure First classe en Europe, elle a aussi été récompensée pour son catering à bord, l’offre de restauration dans les lounges et son kit d’accueil. Les PNC d’Air France se sont aussi vus remettre le titre de meilleur équipage cabine en France.

Level décolle de Vienne, desservira Paris en août

Air journal du 18/07/2018

La compagnie aérienne low cost Level a inauguré hier ses opérations à Vienne, avec un premier vol vers Londres. La ligne vers Paris-CDG sera inaugurée le 11 août.
Le vol inaugural de la filiale spécialisée dans le vol pas cher du groupe IAG (aux côtés de British Airways, Iberia, Aer Lingus et Vueling) a décollé le 17 juillet 2018 de sa base à Vienne-Schwechat en direction de l’aéroport de Londres-Gatwick, l’Airbus A321 de 210 sièges étant complet. Level, dont l’installation en Autriche n’avait été annoncée que le mois dernier, dessert désormais la capitale britannique deux fois par jour, en concurrence avec British Airways (depuis Heathrow et Gatwick), Austrian Airlines (vers Heathrow), Flybe (depuis Southend) et les low cost easyJet (depuis Gatwick et Luton), Eurowings (vers Stansted) et Laudamotion (vers Stansted à partir de fin octobre).
Level a également inauguré hier à Vienne une rotation quotidienne vers Palma de Majorque, en concurrence avec Eurowings et Laudamotion. Présent à l’aéroport Schwechat, le CEO du groupe IAG Willie Walsh a déclaré : « Level est déjà un grand succès en Autriche avec plus de 35.000 billets vendus dans les deux premières heures de sa campagne promotionnelle. C’est formidable de lancer des vols court-courriers au départ de Vienne, et d’offrir plus de choix aux consommateurs autrichiens, avec des tarifs étonnants. Cela nous permet de renforcer notre présence en Autriche, en Allemagne et en Suisse en offrant des vols fiables à des prix bas ». Depuis l’ouverture fin juin des réservations, la low cost a vendu plus de 150.000 billets d’avions ; elle a basé quatre A321 à Vienne.
Rappelons que parmi les douze autres liaisons européennes annoncées à Vienne figure Paris-Charles de Gaulle, où 13 rotations hebdomadaires seront lancées le 11 aout prochain : départs à 6h50 et 18h05 (arrivées à 9h00 et 20h15), et retours de France à 9h50 et 21h10 (arrivées à 11h45 et 23h05). Sa sœur Vueling est déjà présente sur cet axe (départ de CDG à 13h50, retour à 16h30), face à la concurrence d’Air France, Austrian Airlines (les deux à CDG) et Transavia France (à Orly). Tous les vols sont proposés à des tarifs d’appel à partir de 24,99 € et sont disponibles en ligne.
Au cours des quatre prochaines semaines, des vols au départ de Vienne vers Barcelone, Malaga, Venise, Olbia, Ibiza, Milan-Malpensa, Dubrovnik, Larnaca, Alicante, Valence et Bilbao seront également lancés.
Les clients ont la possibilité de s’enregistrer en ligne ou directement à l’aéroport et d’emporter gratuitement un bagage à main à bord. Ils peuvent également choisir de payer pour des services additionnels, comme l’enregistrement de leurs bagages, à partir d’un menu d’options, conçu pour convenir à différents budgets et besoins. Il y a aussi un menu avec un grand choix de nourriture et de boissons que l’on peut acheter à bord.
LEVEL est la marque low cost long-courrier d’International Airlines Group (IAG), ayant débuté ses opérations en juin 2017. En dehors de Vienne, elle opère actuellement deux Airbus A330-200 depuis Barcelone à destination de Los Angeles, Oakland, Buenos Aires et Boston. Depuis le 2 juillet, elle a lancé ses opérations au départ de Paris-Orly à destination de Montréal et Pointe-à-Pitre, et en septembre de Fort-de-France et New York (Newark) ; deux A330-200 seront également basés en France.