News

Suivez notre actu

Au sommaire :  

 

  • L’activité de Paris-Orly suspendue après le 31 mars

  • Coronavirus : le scénario catastrophe de l’Organisation mondiale du tourisme

  • Covid-19 : Gatwick se prépare à fermer son Terminal Nord

  • Les dirigeants de l’OACI veulent une réponse mondiale au Covid-19

  • L’aéroport de Munich en mode crise Covid-19

  • Air France poursuit le rapatriement des Français

  • Embraer essuie de fortes pertes en 2019 

  • Plus aucun vol commercial à l’aéroport de Montpellier

 

 

L’activité de Paris-Orly suspendue après le 31 mars

Air-Journal.fr – 29 Mars 2020 

C’était une décision attendue en pleine période d’état d’urgence en raison de la pandémie du Covid-19 : Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État chargé des Transports, a signé l’arrêté relatif à la suspension de l’exploitation de l’aéroport de Paris-Orly à titre temporaire.

Cet arrêté fait suite à la demande de suspension du trafic aérien commercial faite par Aéroports de Paris le 27 mars 2020 en raison de la baisse de la demande. Aéroports de Paris est ainsi autorisé à suspendre temporairement l’exploitation commerciale de l’aéroport de Paris-Orly à compter du 31 mars 2020 à partir de 23h30. Il revient à Aéroports de Paris de permettre aux compagnies aériennes souhaitant poursuivre leurs activités de réaffecter leurs vols sur l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. 

Air France adapte son programme de vols et rassemble ses activités parisiennes à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle.

– les vols de/vers Cayenne, Fort-de-France, Pointe-à-Pitre et Saint-Denis de la Réunion seront transférés à Paris-CDG

– les vols de/vers Toulouse, Nice et Marseille seront également transférés à Paris-CDG 

Durant cette période, l’aéroport de Paris-Orly demeurera accessible en permanence aux aéronefs d’État et aux vols de secours médical d’urgence ou d’évacuation sanitaire. Cette disposition vaut également pour tout vol de transport de passagers ou de fret nécessaire à la gestion de la crise sanitaire, sur autorisation du ministère chargé des transports. En temps habituels, l’aéroport d’Orly compte quelque 600 vols par jour.

  

Coronavirus : le scénario catastrophe de l’Organisation mondiale du tourisme

LesEchos.fr – 28 Mars 2020 

L’OMT, institution spécialisée de l’ONU, s’attend à une baisse des arrivées de touristes internationaux de 20 % à 30 % en 2020, soit plus de cinq fois le recul historique de 2009. La pandémie effacerait cinq à sept ans de croissance du tourisme international. 

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) confirme, à son tour, que les conséquences économiques et sociales de la pandémie de Covid-19 sont non seulement sans précédent mais d’une ampleur inouïe. L’OMT, une institution spécialisée de l’ONU, a en effet fait état, vendredi soir, de prévisions catastrophiques pour 2020. 

L’organisation s’attend désormais à une baisse des arrivées de touristes internationaux de 20 % à 30 % par rapport au total de 2019 (1,5 milliard d’arrivées), sachant qu’elle prévoyait, en tout début d’année, un taux de croissance pour 2020 analogue à celui de l’an dernier, soit +4 %.

La pire année depuis 70 ans 

A titre de comparaison, l’OMT a rappelé, dans cette même communication, qu’en 2009, au plus fort de la crise économique, le repli de ce même indicateur de trafic avait été de 4 % (4,2 % précisément), faisant alors de 2009 « la pire année depuis soixante ans »… De même, « la flambée de SRAS a provoqué un repli de juste 0,4 % en 2003 », a également rappelé l’institution.

Conséquence directe de l’effondrement des déplacements, les recettes du tourisme international pourraient diminuer, selon l’OMT, de 300 à 450 milliards de dollars, soit près d’un tiers du total enregistré pour 2019 (1.500 milliards de dollars). De fait, observe l’organisation, la pandémie « ferait perdre de cinq à sept ans de croissance » du tourisme international. 

Résilience et défi colossal

Particulièrement prudente dans un contexte totalement incertain, l’OMT invite toutefois à prendre ce scénario catastrophe avec prudence. Elle précise en effet que « ces chiffres se fondent sur les dernières évolutions, alors que la communauté mondiale est aux prises avec un défi social et économique sans précédent, et doivent être interprétés avec précaution étant donné l’extrême niveau d’incertitude entourant la crise actuelle ». A croire, que l’effondrement du trafic pourrait être bien plus important encore.

Dans ce contexte noir, les professionnels du voyage peuvent toutefois se consoler que leur secteur a, jusqu’à présent, prouvé sa résilience, se relevant toujours des crises qu’il a traversées. Ainsi, dix ans après le choc de 2009, le nombre de visiteurs internationaux a atteint l’an dernier un nouveau pic à 1,5 milliard, et en 2018 le trafic avait déjà dépassé le seuil que l’OMT visait pour 2020. Reste à savoir cependant dans quelle mesure la crise actuelle modifiera les comportements, sachant que l’humanité doit relever un autre défi plus colossal encore que la lutte contre le covid-19 : le réchauffement climatique.

 

Covid-19 : Gatwick se prépare à fermer son Terminal Nord

Air-Journal.fr – 28 Mars 2020

Pâtissant d’une demande en berne, l’aéroport de Londres Gatwick, le deuxième plus important aéroport du Royaume-Uni, doit fermer temporairement son terminal nord le 1er avril prochain et consolider ses opérations dans son terminal sud. Les vols opéreront uniquement entre 14 heures et 22 heures, à partir du mois prochain. 

L’aéroport estime que ce déménagement est le meilleur moyen de protéger le personnel, les passagers et les entreprises de l’impact du Covid-19. Les mesures d’urgence seront en place à partir du 1er avril pour un mois, la situation étant régulièrement réexaminée. Une décision sera prise sur la réouverture du terminal nord « lorsque le trafic aérien augmentera et que les conseils du gouvernement en matière de santé publique – y compris sur les distanciations sociales – seront assouplis ».

L’aéroport ajoute que la décision de réduire les opérations de l’aéroport a été discutée avec les compagnies aériennes partenaires de l’aéroport et que tous les passagers réservés sur des vols devant décoller ou arriver à Gatwick pendant cette période sont invités à contacter leur compagnie aérienne. « Gatwick est une entreprise résiliente mais également responsable et en ces temps extraordinaires, nous devons prendre des mesures sans précédent pour protéger la santé et le bien-être de notre personnel et de nos passagers, tout en protégeant l’entreprise de l’impact de Coronavirus », a commenté Stewart Wingate, CEO de l’aéroport.

D’autres aéroports britanniques ont déjà pris leurs dispositions face à la baisse drastique de la demande. Londres City, l’aéroport du centre-ville préféré des voyageurs d’affaires, a fermé ses portes à tous les passagers commerciaux depuis le 25 mars jusqu’à la fin avril. Celui de Manchester a consolidé toutes ses opérations dans l’un de ses trois terminaux.

 

Les dirigeants de l’OACI veulent une réponse mondiale au Covid-19

Air-Journal.fr – 30 Mars 2020

Le président et le secrétaire général du Conseil de l’OACI ont salué dans un communiqué du 27 mars la déclaration des dirigeants du G20 relative au Covid-19, y compris sa mise en évidence de la façon dont cette pandémie sans précédent sert de «puissant rappel de notre interconnectivité et de nos vulnérabilités». 

« J’ai été encouragé de voir les engagements financiers solides que le G20 a désormais pris pour aider à la reprise mondiale après COVID-19, et que les secteurs les plus gravement touchés par les mesures d’atténuation de la pandémie actuelles seront prioritaires à l’avenir, a affirmé le président du Conseil de l’OACI, Salvatore Sciacchitano. Le transport aérien international souffre clairement de manière très aiguë alors que la mobilité personnelle et mondiale continue d’être restreinte, et compte tenu de son rôle déterminant dans la réponse mondiale en temps de crise, je suis très encouragé par le fait que les secours pourraient bientôt arriver. »

 

Le Secrétaire général de l’OACI, M. Fang Liu, évoque de son côté la nécessité d’un «soutien budgétaire audacieux et à grande échelle», et l’espoir que «l’ampleur et la portée de cette réponse ramèneront l’économie mondiale sur ses pieds et jeter des bases solides pour la protection de l’emploi et la reprise de la croissance. » Les deux dirigeants ont également réitéré que l’OACI se joint au Sommet des dirigeants du G20 pour se tenir prête à prendre toutes les mesures nécessaires et à continuer de travailler sur la base de la solidarité et d’une coopération internationale efficace avec les Nations Unies (ONU), l’Organisation mondiale de la santé (OMS). et d’autres organisations internationales et industrielles.

 

L’aéroport de Munich en mode crise Covid-19

Air-Journal.fr – 29 Mars 2020 

En raison des restrictions de voyage et des réductions drastiques des vols disponibles résultant de la pandémie de coronavirus, l’aéroport de Munich annonce dans un communiqué les mesures adoptées pour limiter l’impact.

L’aéroport munichois connaît actuellement des baisses massives dans tous les domaines. Le nombre de décollages et d’atterrissages a diminué régulièrement en mars et cette semaine a chuté à moins de 10% du nombre comptabilisé au cours de la semaine correspondante en 2019. Entre-temps, le trafic de passagers ne représente plus que 5% du niveau de l’an dernier. Dans un contexte de forte baisse, Flughafen München GmbH (FMG) et ses filiales ont commencé il y a plusieurs semaines à mettre en œuvre des mesures de grande envergure pour garantir la liquidité de l’aéroport. Celles-ci comprennent un ensemble de mesures à l’échelle du groupe pour imposer des limites strictes sur les coûts de personnel et de matériel afin de réaliser des économies importantes dans tous les domaines. En conséquence, les projets d’investissement prévus tels que le parking ouest, le nouveau siège social et le nouvel hôtel économique ont été reportés jusqu’à nouvel ordre.

«Nous traversons une crise du transport aérien mondial à une échelle sans précédent, sans fin en vue, a commenté Jost Lammers, président et chef de la direction de l’aéroport de Munich. La protection de la santé des passagers et des employés de l’aéroport de Munich reste notre priorité absolue. Une autre préoccupation vitale est de limiter les énormes dégâts économiques pour l’aéroport de Munich et les personnes qui y travaillent en prenant toutes les mesures nécessaires pour préserver notre stabilité financière. » Conformément à son rôle d’infrastructure essentielle, l’aéroport de Munich continuera de fonctionner et contribuera ainsi à garantir que les rapatriés puissent rentrer chez eux et que les expéditions de fret continuent de se déplacer rapidement. Les compagnies aériennes ont désormais plus de 100 appareils hors service stationnés à l’aéroport de Munich. Les infrastructures inutiles dans les zones A, B et D du terminal 1 et de l’installation satellite du terminal 2 ont été temporairement fermées.«Notre objectif cette année est d’ajuster nos fondamentaux économiques et financiers à la situation actuelle et à la vague de sécheresse qui nous attend. Ce  faisant, nous profiterons des solides performances économiques de l’aéroport de Munich au fil des ans et en particulier en 2019 », a déclaré Jost Lammers.

À l’heure actuelle, toute prévision quant au moment où l’industrie de l’aviation pourrait rebondir et reprendre sa tendance à la hausse ne serait qu’une conjecture. En ce qui concerne les perspectives à long terme pour l’ensemble de l’industrie et de l’aéroport de Munich, le PDG regarde vers l’avenir avec confiance, citant la vaste expérience acquise des crises passées dans le monde de l’aviation. «Les effets de la crise des coronavirus dépassent de loin l’impact des attaques terroristes du 11 septembre 2001 ou de la crise financière mondiale de 2008. Par conséquent, cela peut prendre beaucoup plus de temps avant que la demande ne revienne au niveau précédent. Nous ne pouvons pas non plus exclure des changements structurels du trafic aérien. Mais je ne doute pas que les besoins mondiaux de mobilité augmenteront à moyen terme et que les voyages en avion reprendront donc de la croissance », a déclaré M. Lammers.

 

Air France poursuit le rapatriement des Français

Air-Journal.fr – 30 Mars 2020 

Air France poursuit cette semaine son opération rapatriement des Français encore bloqués à l’étranger, notamment en Afrique et en Amérique du sud. 

Selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, quelques 30.000 Français, touristes et expatriés et leurs familles, sont encore coincés aux quatre coins du monde par la fermeture des frontières et l’arrêt des liaisons aériennes dû à la crise du coronavirus.

« Nous travaillons en lien étroit avec le Ministère des Affaires Étrangères français et les ambassades afin de proposer des solutions de rapatriement aux ressortissants français et européens. Nous vous conseillons de vous inscrire sur Ariane, sur le site France Diplomatie, pour recevoir toutes les recommandations du ministère français des Affaires Étrangères » ,  annonce Air France, et de publier la liste des vols supplémentaires de rapatriement des prochains jours à destination de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle (sous réserve d’obtention des autorisations gouvernementales requises) :

– Vol AF165 du 30 mars 2020 au départ de Bangkok à 11h30

– Vol AF4142 du 30 mars 2020 au départ de Tunis à 15h00

– Vol AF4145 du 30 mars 2020 au départ d’Oran à 16h30

– Vol AF4081 du 31 mars 2020 au départ de Buenos Aires à 14h20

– Vol AF982 du 31 mars 2020 au départ de Yaoundé à 09h00 et au départ de Douala à 11h00

– Vol AF225A du 31 mars 2020 au départ de New Delhi à 01h05

– Vol AF655A du 01 avril 2020 au départ de Dubaï à 17h20

– Vol AF4147 du 02 avril 2020 au départ de Kinshasa à 08h30

– Vol AF986 du 02 avril 2020 au départ de Cotonou à 08h45 et au départ de Lagos à 10h50

– Vol AF4151 du 02 avril 2020 au départ de Bamako à 13h25

Attention, certains de ces vols partent à vide et ne sont pas disponibles à la vente/modification de réservation sur le site de la compagnie française. Ils sont gérés par les équipes locales en lien directement avec le ministère des Affaires étrangères. 

Par ailleurs, le premier vol cargo AF 6901 en Boeing 777 Cargo en provenance de Chine et arrivé hier soir à Paris-CDG avec à son bord près de 100 tonnes de matériel médical dont 5,5 millions de masques médicaux.

 

Embraer essuie de fortes pertes en 2019 

Lantenne.com – 27 Mars 2020

Embraer a fait état jeudi 26 mars de pertes importantes au quatrième trimestre 2019, sans annoncer d’objectif pour 2020 en raison des incertitudes liées à la pandémie de coronavirus.

Troisième constructeur mondial d’avions après Airbus et Boeing, Embraer a essuyé une perte nette de 209,8 millions de dollars au quatrième trimestre, terminant l’année largement dans le rouge, avec une perte cumulée de 322,3 millions de dollars.

L’entreprise a annoncé avoir livré 89 avions commerciaux et 109 jets d’affaire l’an dernier, des chiffres en accord avec les objectifs fixés au préalable.

 

Plus aucun vol commercial à l’aéroport de Montpellier

FranceBleu.fr – 29 Mars 2020

Avec la fermeture lundi 30 mars de la liaison entre les aéroports de Montpellier (Hérault) et Roissy (Île-de-France), l’ensemble des vols commerciaux sont désormais suspendus à l’aéroport de Montpellier. L’établissement reste ouvert et “en capacité opérationnelle”.

C’était la dernière ligne commerciale encore ouverte à l’aéroport de Montpellier, avec un aller-retour par jour. Air France France annonce la suspension de sa liaison aérienne entre l’aéroport de Montpellier et celui de Roissy-Charles-de-Gaulle après un dernier vol en direction de la capitale dimanche 29 mars à 16h. Les vols commerciaux sont suspendus mais des équipes restent mobilisées à minima pour maintenir l’aéroport “en capacité opérationnelle” afin d’accueillir notamment des vols sanitaires ou des avions de rapatriement.

Ces dernières semaines, les liaisons avaient toutes progressivement fermé en réponse aux mesures de confinement pour endiguer l’épidémie de coronavirus Covid-19. Mais contrairement à l’aéroport de Paris-Orly, qui doit fermer ses portes mardi 31 mars en fin de soirée, et celui de Beauvais, déjà fermé, l’aéroport de Montpellier reste pour l’heure ouvert. Les compagnies low-cost ayant été les premières à suspendre leur activité, l’aéroport de Béziers-Cap d’Agde a progressivement cessé ses activités depuis une dizaine de jours.