News

Suivez notre actu

Au sommaire :

  • Air France : billets d’avion d’occasion et filière cadets
  • Ryanair, touchée mais pas blessée
  • Jean-Marc Janaillac, l’ex PDG d’Air France-KLM, rejoint le cabinet de conseil Roland Berger
  • Air France crée un site pour vendre les billets non remboursables
  • Air France : s’envole de +2% après l’accord salarial
  • Aigle Azur travaille sur sa marque

 

Air France : billets d’avion d’occasion et filière cadets

Air-Journal.fr – 23 Octobre 2018

La compagnie aérienne Air France a mis en ligne Flexfly, site internet permettant la revente de billets d’avion non remboursable en cas d’imprévu. Les candidatures pour sa filière de pilotes cadets sont ouvertes pour l’année prochaine.

Vous avez acheté un billet d’avion non remboursable sur le site Air France et vous ne souhaitez ou ne pouvez plus voyager ? Beaucoup de raisons peuvent vous empêcher de voyager : personne n’est à l’abri des imprévus. Mais le billet n’est pas forcément perdu pour tout le monde, à l’instar de ce qui pratique dans le ferroviaire avec trocdestrains. Air France a lancé FlexFly, plateforme pour revendre et acheter des billets d’avion en toute sécurité. Sur FlexFly, explique le site de la compagnie, vous pouvez déposer une annonce pour revendre votre billet d’avion. Si votre billet intéresse un acheteur, FlexFly vous verse une récompense à hauteur de 50% du prix du billet d’avion (les 50% restants servent à payer FlexFly et les compagnies aériennes, mais surtout à apporter une réduction pour l’acheteur potentiel).

Pour vendre son billet : déposez une annonce avec toutes les informations du billet d’avion (dates de voyage, destination, noms et nombre de passagers…) ainsi que vos informations personnelles. Votre récompense de 50% du prix d’achat vous est indiquée à titre d’information. Vous devez déposer votre billet d’avion complet (si votre billet est un aller-retour, vous ne pouvez pas déposer qu’un seul des deux trajets).

Pour acheter un billet : vous pouvez acheter des billets d’avion déposés par d’autres utilisateurs à des dates données. Si cela vous intéresse, vous aurez alors accès à de très bonnes affaires : comme le billet est repris pour 50%, vous économisez jusqu’à la moitié du prix initial du billet d’avion.

Le site ne propose ce mardi matin que deux offres entre les aéroports de Paris-CDG et Bangkok, avec départ le 21 janvier et retour le 11 février pour 522 euros. Air France et Joon sont citées comme « partenaires », mais curieusement pas HOP! alors qu’un « témoignage » évoque un vol vers Calvi.

La compagnie de l’alliance SkyTeam a d’autre part annoncé l’ouverture des candidatures jusqu’au 16 novembre pour la prochaine promotion de pilotes cadets, une filière relancée en avril dernier. Tous les détails des conditions pour postuler sont disponibles ici (en bas de page), l’ENAC étant en charge de la formation de 20 mois. Rappelons qu’Air France estime à 250 pilotes par an ses besoins de recrutement pour elle-même, HOP!, Joon et Transavia.

 

Ryanair, touchée mais pas blessée

LesEchos.fr – 23 Octobre 2018

Malgré des bénéfices en baisse de 7 % au premier semestre, Ryanair conserve une rentabilité record et prépare une nouvelle offensive.

Touchée mais pas blessée, ni même déstabilisée : tel est le message envoyé par Ryanair à l’occasion de la présentation de ses résultats semestriels . Si les effets conjugués des grèves et de la hausse du prix du pétrole ont fait chuter ses bénéfices de 7 %, la compagnie low cost irlandaise a maintenu ses objectifs annuels et reste championne d’Europe de la rentabilité, avec une marge nette de 25 %. Malgré les nombreux vols annulés cet été, le trafic de Ryanair devrait aussi repasser devant celui du groupe Lufthansa, avec un objectif de 141 millions de passagers sur l’exercice 2018-2019 clos fin mars. Et la compagnie prépare déjà une nouvelle offensive d’ampleur cet été, notamment sur le marché français .

Vers la fin des conflits sociaux ?

Dans une présentation vidéo, ce lundi matin, son directeur général, Michaël O’Leary, s’est dit confiant dans la possibilité de mettre un terme aux conflits sociaux d’ici Noël, en complétant les accords déjà passés en Irlande, Italie, Royaume-Uni, Allemagne et Portugal. « Compte tenu de la conjoncture défavorable, les syndicats sont en train d’adopter une approche plus raisonnable », a-t-il affirmé.

Ryanair compte sur la conjoncture pour accélérer la disparition de ses concurrents les plus fragiles. « Avec un baril à 85 dollars, des taux d’intérêt en hausse et un dollar plus fort, les compagnies les plus faibles ne passeront pas l’hiver », estime Ryanair, qui en veut pour preuve les disparitions récentes de Skyworks, VLM, Small Planet, Azur Air, Colbalt et Primera Air. Ryanair, qui vient de mettre sur le marché un million de billets à moins de 10 euros, s’estime pour sa part bien protégée de l’aléa pétrolier, ayant couvert 90 % de ses besoins de carburant pour les 12 prochains mois à 68 dollars le baril.

Par ailleurs, la compagnie continue de faire évoluer son modèle avec succès. Après avoir assoupli ses règles pour améliorer son image, Ryanair vient ainsi de resserrer la vis, en imposant un supplément tarifaire au-delà du simple petit bagage en cabine . Une décision justifiée par la nécessité d’éviter les abus et les problèmes à l’embarquement, mais qui a surtout permis à Ryanair d’augmenter de 27 % les recettes tirées des options payantes, qui ont atteint 4,8 milliards d’euros au premier semestre.

Offensive en préparation

De quoi permettre à Ryanair de préparer avec sérénité sa prochaine offensive estivale, qui s’annonce massive. Outre l’ouverture de ses deux premières bases françaises, à Bordeaux et à Marseille , Ryanair prévoit d’ouvrir plus de 100 nouvelles lignes, a-t-elle indiqué. Avec comme atout supplémentaire, l’arrivée dans sa flotte des premiers Boeing 737 Max 200, qui offriront à Ryanair 4 % de capacité supplémentaire (197 sièges contre 189 sur les B737-800) pour une consommation de carburant réduite de 16 %. Ryanair en attend 210 d’ici à 2024, qui devraient lui permettre de rester la plus « low cost » des compagnies à bas coûts européennes et de viser les 200 millions de passagers à l’horizon 2024.

 

Jean-Marc Janaillac, l’ex PDG d’Air France-KLM, rejoint le cabinet de conseil Roland Berger

LaTribune.fr – 22 Octobre 2018

L’ancien PDG d’Air France-KLM Jean-Marc Janaillac, parti en mai après avoir perdu un référendum sur un accord salarial, a rejoint le cabinet Roland Berger en tant que conseiller.

Proche du Boston Consulting Group (BCG) qu’il avait fait travailler du temps de son passage chez Air France-KLM de juillet 2016 à mai 2018, Jean-Marc Janaillac, l’ancien PDG d’Air France-KLM, qui a démissionné de ses fonctions à la suite d’un référendum perdu sur sa proposition salariale en mai, a rejoint un autre cabinet de conseil, Roland Berger, en tant que “senior advisor” (conseiller principal). “Il appuiera le cabinet dans son expansion en France et à l’international, grâce à ses multiples domaines d’expertise notamment dans les secteurs de la mobilité, du tourisme ou encore du service public”, a précisé le cabinet de conseil dans un communiqué.

Jean-Marc Janaillac avait précédemment été PDG de l’opérateur de transports publics Transdev (2012-2016) après avoir développé les activités de la RATP hors d’Ile-de-France (2004-2012).

Longue expérience dans les transports et le tourisme
Il avait également évolué dans le secteur du tourisme, notamment de 2000 à 2002 comme PDG du groupe Maeva, et avait débuté sa carrière au sein de l’administration comme chef de cabinet du secrétaire d’Etat au Tourisme Roland Carraz (1983-1984) puis de directeur général du service français du tourisme à New York (1984-1987).

Basé à Munich (Allemagne), Roland Berger compte 2.400 collaborateurs répartis dans 50 bureaux et 34 pays. A Paris, le cabinet compte 300 collaborateurs qui conseillent les grands groupes français et internationaux sur des problématiques stratégiques et opérationnelles ainsi que sur les transformations et projets d’amélioration de la performance.

 

Air France crée un site pour vendre les billets non remboursables

DeplacementsPros.com – 22 Octobre 2018

Air France publie depuis quelques jours un site baptisé FlexFly permettant d’acheter et revendre les billets d’avion “d’occasion”, billets non remboursables de la compagnie.

C’est un classique du voyage d’affaires, le billet acheté au meilleur prix mais non remboursable sur le site d’Air France alors que le rendez-vous est annulé. La compagnie publie sur son site une présentation de FlexFly, la plateforme qu’elle publie elle-même pour revendre et acheter des billets d’avion en toute sécurité.

Il est possible d’y déposer une annonce pour revendre son billet d’avion. Si votre billet intéresse un acheteur, FlexFly vous verse une “récompense” à hauteur de 50% du prix du billet d’avion. “Les 50% restants servent à payer FlexFly et les compagnies aériennes, mais surtout à apporter une réduction pour l’acheteur potentiel”, explique le site.

Il est aussi possible d’acheter sur FlexFly des billets d’avion déposés par d’autres utilisateurs à des dates données. Si cela vous intéresse, vous aurez alors accès à de très bonnes affaires : “Comme le billet est repris pour 50%, vous économisez jusqu’à la moitié du prix initial du billet d’avion !”, explique là encore le site. Une formule qui, cette fois, peut fonctionner pour les déplacements personnels du voyageur d’affaires qui a généralement des dates et des destinations imposées par ses rendez-vous.

Une petite visite sur le site Flexfly permet d’identifier Air France comme l’éditeur du site.

 

Air France : s’envole de +2% après l’accord salarial

ZoneBourse.com – 22 Octobre 2018

Le titre Air France gagne près de 2% après avoir annoncé vendredi soir la signature d’un accord salarial avec les organisations syndicales. ‘ Suite à la validation aussi rapide et massive de l’intersyndicale, nous ne voyons pas les pilotes tenter de remobiliser leur base pour obtenir l’intégralité de leur requête originale ‘ indique Oddo.

Le bureau d’analyses confirme son conseil à Achat et relève son objectif de cours de 10 E à 11.1 E suite à la suppression de notre décote d’incertitude de 10%.

‘ Nous considérons cet accord comme particulièrement positif : i/ une inflation finalement contenue : l’accord se traduit par une hausse des charges de personnel plus limitée qu’attendu à c60 ME au global, notamment car les augmentations de 0.4% et 0.6% d’ores et déjà versées en début d’année 2018 sont comptabilisées dans la hausse rétroactive de 2% ; ii/ une efficacité démontrée : le nouveau CEO, Benjamin Smith, a démontré qu’il était capable de délivrer sur un sujet sensible dans un timing restreint (c3 semaines)’ indique Oddo.

‘Sans présager de l’avenir, son expérience et son équipe proche (Oltion Carkaxhija et Angus Clarke notamment) peuvent permettre d’accélérer les prochaines étapes ; iii/ une visibilité acquise : en repoussant à octobre 2019 la prochaine négociation annuelle sur les salaires (NAO) chez Air France et à juin chez KLM, la société s’offre près de 12 mois de visibilité permettant de se concentrer sur les sujets stratégiques et iv/ la balle est dans le camp de l’Etat français ‘ rajoute le bureau d’analyses.

 

Aigle Azur travaille sur sa marque

QuotidienDuTourisme.com – 22 Octobre 2018

Après s’être lancée sur le long-courrier et le domestique, avoir étendu son réseau en Europe, développé sa flotte et ses partenaires, renouvelé ses cabines et services, et multiplié les innovations digitales, la compagnie aérienne lance une campagne de communication globale sur plusieurs mois, associée à sa toute nouvelle identité de marque.

Dans cet état d’esprit, la compagnie dévoile sa nouvelle signature de marque : Aigle Azur, La vie en bleu, « qui apporte un regard frais sur le voyage, animé par l’aventure et l’exploration à la française ».

Depuis le 1er octobre dernier, Aigle Azur a donc lancé une campagne de communication globale axée sur les médias traditionnels, ainsi que sur le digital, et a notamment investi les plus grandes chaînes de télévision nationale française, « afin de mettre à l’honneur l’authenticité de son histoire et de ses destinations, à travers des spots publicitaires inspirationnels ».

Cette campagne s’étend sur plusieurs mois et a pour objectif de positionner Aigle Azur comme une compagnie aérienne française historique et globale, proposant une offre de choix et de nombre.