News

Suivez notre actu

Au sommaire :

  • Trafic Air France-KLM : +3,4% en juin, +4,2% sur six mois

  • Inde : Jet Airways presque morte, quel allié pour Air France ?

  • Feu vert européen à la vente de Flybe

  • Trafic du groupe IAG : +6,0% au premier semestre

  • Transport aérien : le trafic mondial de passagers en hausse de 4,5% en mai

  • Indemnisation des passagers : les bons et les mauvais élèves

  • Emploi : Air France recrute des hôtesses et stewards en CDI

 

Trafic Air France-KLM : +3,4% en juin, +4,2% sur six mois

Air Journal 08/07/2019

Le trafic du groupe aérien franco-néerlandais a progressé en juin avec 9,658 millions de passagers, une hausse de 3,4% par rapport au même mois l’année dernière. Une croissance de 0,7% est affichée par la seule Air France, quand KLM Royal Dutch Airlines gagne 4,7% et la low cost Transavia +9,0%. Sur les six premiers mois de l’année, le groupe a accueilli 50,474 millions de clients(+4,2%).

Les statistiques d’Air France-KLM pour juin 2019 indiquent une hausse de 4,2% du trafic en PKT (passager kilomètre transporté), sur des capacités en SKO (siège kilomètre offert) en augmentation de 2,5%. Le coefficient d’occupation global du groupe, toutes filiales comprises, progresse de 1,5 point de pourcentage à 90,7%. La recette unitaire au siège kilomètre offert (RSKO) n’est pas mentionnée dans le communiqué publié ce lundi.

L’activité passage réseaux, regroupant les compagnies aériennes Air France et KLM (HOP n’est plus mentionnée), a accueilli 7,915 millions de passagers en juin, un résultat en hausse de 2,2% par rapport à l’année dernière. Le trafic en PKT gagne 3,3% sur des capacités en SKO progressant de 1,6%, pour un coefficient d’occupation à 90,3% (+1,5 points). Ce trafic progresse de 3,2% sur le seul long-courrier (2,442 millions de passagers), et en particulier de 5,4% sur l’Amérique du nord, de 4,7% sur l’Amérique latine, de 3,5% vers l’Asie et de 3,5% vers les Caraïbes-Océan Indien ; mais il recule de 2,5% sur l’Afrique et le Moyen-Orient, avec environ 446.000 passagers. Le coefficient d’occupation moyen sur le long-courrier est de 90,9% (+1,5 point) L’activité court et moyen-courrier gagne 1,8% avec 5,472 millions de passagers, et une occupation moyenne à 88,0% (+1,5 point).

Air France (incluant sa filiale régionale HOP) a accueilli en juin 4,785 millions de passagers, un résultat en hausse de 0,7%. Le trafic en PKT gagne 4,1% sur des capacités en SKO en hausse de 2,1% ; le coefficient d’occupation progresse de 1,7 point de pourcentage à 89,4%. Le court et moyen-courrier affiche 3,323 millions de passagers (-0,9%), avec une occupation à 86,5% (+1,4 point) ; le long-courrier a transporté 1,462 million de voyageurs (+4,4%), avec une occupation moyenne à 90,1% (+1,7 point).

KLM Royal Dutch Airlines a de son côté accueilli 3,130 millions de passagers le mois dernier (+4,6%), un résultat en hausse de 4,7%. Le trafic en PKT gagne 2,2% sur des capacités en SKO en hausse de 0,8% ; le coefficient d’occupation progresse de 1,3 point de pourcentage à 91,7%. Le court et moyen-courrier affiche 2,150 millions de passagers (+6,3%), avec une occupation à 90,2% (+1,5 point) ; le long-courrier a transporté 980.000 voyageurs (+,4%), avec une occupation moyenne à 90,1% (+1,7 point).

Transavia, la filiale low cost du groupe de l’alliance SkyTeam, a accueilli le mois dernier 1,743 million de passagers (+9,0%), avec une hausse de capacité (+10,1%) inférieure à celle du trafic en PKT (+11,1%) ; le coefficient d’occupation gagne 0,8 point par rapport à juin 2018, à 93,6%.

Enfin l’activité fret d’Air France-KLM a vu son trafic mensuel en TKT (tonne kilomètre transporté) reculer de 3,6% le mois dernier, sur des capacités en baisse de 0,1% ; le taux de remplissage recule de 2,1 points de pourcentage à 56,9%. Dans le détail, le cargo Air France voit son taux de remplissage reculer de 1,7 point à 50,5% sur un trafic en TKT en baisse de 4,4%, quand le cargo KLM perd 2,6 points à 63,4% sur un trafic en TKT en baisse de 3,0%.

Sur les six premiers mois de l’année, le groupe Air France-KLM a accueilli 50,474 millions de passagers(+3,4% par rapport à la même période en 2018), avec un coefficient d’occupation moyen de 90,7% (+1,5 point). Air France affiche 25,672 millions de clients entre janvier et juin (+4,7%), KLM 16,979 millions de clients (+2,2%) et la low cost Transavia 7,823 millions de passagers (+7,0%). 

 

Inde : Jet Airways presque morte, quel allié pour Air France ?

Tourmag 08/07/2019

Alors que l’ex-grande compagnie aérienne indienne se rapproche toujours plus de la faillite, Air France-KLM va nettement augmenter ses capacités sur l’Inde l’hiver prochain et se cherche un nouvel allié sur place.

3 mois après l’immobilisation de ses 120 avions, il n’y a pratiquement plus aucun espoir de voir Jet Airways re-voler un jour. 

Le transporteur indien suit toujours un processus de faillite officiel, et l’ensemble de ses dettes est estimé à plus d’un milliard de dollars US

Face à l’ampleur de ces dernières, plusieurs investisseurs, dont Etihad Airways, ont jeté l’éponge. 

Dernier espoir : un consortium d’employés qui s’est associé au groupe britannique Adi pour tenter de prendre possession de 75% de la compagnie et de la sauver d’une mort quasi-inévitable.

Quel allié pour AF-KLM ?

Une disparition qui impacte directement le groupe Air France-KLM, lié avec Jet Airways depuis décembre 2017 par des accords commerciaux et de partage de codes, et qui se cherche maintenant un nouveau partenaire en Asie. 

« Nous continuerons à rechercher des opportunités pour mieux servir le marché indien », a déclaré Welmer Blom, vice-président d’Air France-KLM pour l’Inde, le Moyen-Orient et le Golfe, dans des propos rapportés par l’Economic Times. 

Car le groupe aérien franco-néerlandais a de grandes ambitions en Inde, et se cherche un allié pour y combattre les compagnies du Golfe sur les liaisons vers l’Europe. 

Si aucun nouveau partenaire potentiel n’a pour l’instant été identifié, les capacités entre l’Europe et l’Inde vont augmenter de 25% à la prochaine saison d’hiver, avec plus d’un million de sièges proposés à la vente. 

Dans le détail, cette expansion comprendra des vols en quotidien vers Mumbai et New Delhi, et un nouveau vol vers Bengaluru. KLM mettra en place des Boeing 787-Dreamliner sur cette dernière liaison, et Air France déploiera ses A350 entre Mumbai et Paris.

Des prix à la hausse

Lorsque Jet Airways a rencontré ses premières difficultés de trésorerie l’année dernière, Naresh Goyal, son propriétaire, avait tenté à plusieurs reprises de séduire Air France-KLM et Delta pour des prises de participation, sans succès. 

Après l’immobilisation de celle qui était la première compagnie aérienne indienne en termes de réseau, Air France avait dû fortement augmenter son nombre de sièges disponibles depuis et vers l’Inde, augmentant la taille de ses avions et le nombre de ses fréquences. 

Mais cela n’a pas suffit à éponger la disparition de Jet Airways, qui détenait jusqu’à 18% des parts de marché entre l’Inde et le reste du monde. En conséquence : les tarifs aériens s’envolent sur la destination. 

D’après nos confrères de Voyages d’affaires, les tarifs au départ de l’Inde vers Dubaï, Londres, New York, Singapour et Bali ont augmenté jusqu’à 32% au premier trimestre 2019 par rapport à 2018. Sur les lignes intérieures, l’augmentation est de l’ordre de 20%. 

Par ailleurs, de nombreuses agences de voyages françaises ont été directement touchées par l’arrêt des opérations de Jet Airways. Contactée, la direction du syndicat des Entreprises du Voyage (EDV) assure pour l’instant ne pas avoir de retour sur leurs dossiers de remboursement. 

Le marché indien connaît l’une des croissances les plus importantes du secteur aérien mondial, et devrait d’après les prévisions bientôt se hisser à la troisième place des plus gros marchés émetteurs de passagers, derrière la Chine et les Etats-Unis.

 

Feu vert européen à la vente de Flybe

Air Journal 08/07/2019

La Commission européenne a donné un feu vert conditionnel au rachat de la compagnie aérienne Flybe par le consortium Connect Airways, formé par Virgin AtlanticStobart Group et Cyrus Capital Partners. Elle devrait céder des créneaux à Birmingham sur les routes vers Paris et Amsterdam.

Signifiée le 5 juillet 2019 en vertu du règlement de l’UE sur les concentrations, la décision du gendarme de la concurrence sur la vente de la compagnie régionale britannique, annoncée en janvier alors qu’elle était au bord de la faillite, est « subordonnée au respect intégral des engagements » proposés par Connect Airways (qui outre Flybe reprend Propius, l’entité de Stobart Aviation chargée de la mise en location d’avions, et la compagnie Stobart Air). La Commission explique dans un communiqué qu’elle a « examiné l’incidence de l’opération envisagée » sur le marché du transport aérien de passagers pour des liaisons au départ d’aéroports britanniques vers d’autres aéroports européens, ainsi que pour quelques liaisons intérieures au Royaume-Uni. Conclusion déjà connue : l’aéroport de Birmingham aurait pu connaitre « des quasi-monopoles » sur deux liaisons directes en Europe, vers Paris-CDG et Amsterdam-Schiphol, via la participation du groupe Air France-KLM dans Virgin Atlantic. Le groupe est présent sur les deux axes, sans autre concurrence que celle de Flybe. La Commission a également constaté que l’arrivée de concurrents sur ces liaisons « serait difficile, étant donné que les aéroports d’Amsterdam Schiphol et de Paris Charles de Gaulle sont des aéroports particulièrement congestionnés ».

Sur d’autres marchés tels que « le transport aérien de passagers à destination et au départ de l’aéroport d’Amsterdam Schiphol, les services de transport aérien de fret, les services d’assistance en escale ou les services d’infrastructures aéroportuaires », la Commission n’a constaté de problèmes de concurrence sur aucun de ces marchés.

Connect Airways a présenté une série d’engagements afin de remédier aux problèmes de concurrence à Birmingham : elle libèrera cinq paires de créneaux horaires à l’aéroport Schiphol et trois paires de créneaux horaires à Roissy. Ces créneaux seront « mis à la disposition de compagnies aériennes concurrentessouhaitant desservir » les deux routes, précise la Commission – sans que l’on sache s’il y a des candidates. Ces engagements « remédient pleinement » aux problèmes de concurrence recensés par la Commission en ce qui concerne l’acquisition de Flybe par Connect Airways ; elle est parvenue à la conclusion que l’opération envisagée, « telle que modifiée par les engagements définitifs, ne poserait plus de problèmes de concurrence ». Mais elle répète que sa décision est subordonnée au respect intégral des engagements.

La Commission rappelle au passage  que les règles de l’UE en matière de concentrations lui permettent d’autoriser temporairement certaines parties d’une opération d’une manière qui n’entrave pas l’exercice d’une concurrence effective, « afin d’éviter des répercussions négatives pour les consommateurs ». C’est pour cela qu’elle avait autorisé en février Connect Airways à acquérir les actions de Flybe, évitant « des annulations de vols au détriment des consommateurs et des licenciements de personnel alors que l’examen de la concentration était en cours ».

Basée à Exeter, Flybe exploite actuellement 190 liaisons desservant 12 pays depuis 73 aéroports au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens ; elle partage ses codes avec Air France, British Airways, Emirates, Etihad, Finnair, Cathay Pacific ou Singapore Airlines entre autres. Cyrus, établi aux États-Unis, est une entreprise de conseil en investissement. Elle investit dans des compagnies aériennes publiques et privées. Stobart Group, établi à Guernesey, est présente sur les marchés de l’aviation et des infrastructures ; il exploite la compagnie aérienne régionale Stobart Air et l’aéroport de Londres-Southend. Virgin Atlantic est la société mère ultime de la compagnie aérienne internationale Virgin Atlantic Airways et du voyagiste international Virgin Holidays ; Virgin Atlantic est actuellement contrôlée par Virgin Group et Delta Air Lines. Le 12 février 2019, la Commission a autorisé sans condition le projet d’acquisition du contrôle en commun de Virgin Atlantic par Virgin Group, Delta Air Lines et Air France-KLM. 

 

Trafic du groupe IAG : +6,0% au premier semestre

Air Journal 08/07/2019

International Airlines Group (IAG), rassemblant British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling et Level, a accueilli 11,273 millions de passagers le mois dernier, un trafic en hausse de 6,1% par rapport à juin 2018. Sur les six premiers mois de l’année, ce trafic a progressé de 6,0% à 55,885 millions de passagers.

En nombre de clients, la plus forte progression du groupe britannique en juin 2019 est enregistrée sur l’Amérique latine et les Caraïbes (+19,1%) devant l’Asie-Pacifique (+15,3%), tandis que la plus faible concerne la zone Amérique du nord (+3,4%). L’Europe gagne 4,5% avec 6,137 millions de passagers, le secteur domestique (en Grande Bretagne, Irlande, Espagne et Italie) progressant de +7,9% avec 2,659 million de clients. La zone Afrique, Moyen-Orient et Asie du Sud est en hausse de 8,0%.

Le groupe IAG a enregistré le mois dernier une hausse de 6,3% du trafic mesuré en RPK (revenu passager kilomètre), sur des capacités à +5,2% en SKO (siège kilomètre offert) ; le coefficient d’occupation moyen des avions du groupe gagne 0,9 point de pourcentage en juin à 88,3%, avec un plus haut sur l’Amérique du nord (91,1%) et un plus bas sur la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie du Sud à 84,1%, en hausse de 3,4 points (Europe : 90,4%, -0,6 point).

Sur les six premiers mois de l’année, IAG affiche un trafic passager de 55,885 millions de passagers, en hausse de 6,0% par rapport au premier semestre 2018. Le coefficient d’occupation moyen des avions du groupe gagne 0,6 point à 83,0%, sur des capacités globalement en hausse de 5,7%.

Dans le détail, British Airways a vu son trafic passager progresser de 2,0% en juin à 4,431 millions de clients (BA Cityflyer incluse), avec une occupation à 82,3% (+0,2 point) sur un trafic en RPK à 3,8% et une capacité en SKO à +0,8%. Le trafic fret de la compagnie de l’alliance Oneworld a gagné 7,7%. En six mois, BA a accueilli 23,115 millions de clients, un résultat en hausse de 2,8%, avec une occupation moyenne à 82,1% (+0,8 point).

Aer Lingus affiche en juin 1,117 million de passagers (+0,6%) avec une occupation à 89,1% (+0,0 point) sur un trafic en RPK à +0,7% et une capacité en SKO à +0,8%. Sur six mois, la compagnie nationale irlandaise a vu son trafic progresser de 4,6% à 5,451 millions de clients, avec une occupation moyenne à 79,2% (+0,1 points).

En Espagne, Iberia (avec Iberia Express) a accueilli le mois dernier 2,006 millions de clients (+7,6%), avec une occupation à 89,4% (+2,5 points), un trafic en RPK à +8,6% et une capacité en SKO à +5,6%. Au premier semestre, la compagnie nationale espagnole a accueilli 10,643 millions de passagers (+7,4%), avec une occupation moyenne à 86,3% (+0,9 point).

La low cost Vueling a transporté 3,489 million de passagers (+8,6%) en juin, avec une occupation à 88,9% (+1,7 point) sur un trafic en RPK à +6,8% et une capacité en SKO à +4,8%. Au premier semestre 2009, la low cost a accueilli 15,904 millions de passagers (+6,4%), avec une occupation moyenne à 85,0% (+0,7 point).

Enfin la low cost Level a accueilli en France, Espagne et désormais en Autriche 170.000 passagers en juin (+580,0%), avec une occupation à 85,6% (-8,4 points) sur un trafic en RPK à +176,9% et une capacité en SKO à +204,0%. Sur les six premiers mois de l’année, Level a vu son trafic passager atteindre 772.000 passagers (+459,4%), avec une occupation moyenne à 81,3% (-8,5 points).

Dans le secteur fret, le groupe a enregistré en juin une hausse de 0,9% du trafic en CTK (cargo tonne kilomètre), et au premier semestre une augmentation de 1,1% de ce même trafic.

Parmi les développements stratégiques du mois de juin, IAG rappelle qu’il a annoncé au Salon du Bourget une commande ferme de huit Airbus A321XLR pour Iberia et Aer Lingus (avec 14 options), et une lettre d’intention « sujette à un accord formel » pour 200 Boeing 737 MAX, équipés de moteurs LEAP et livrables entre 2023 et 2027 pour Vueling, Level et British Airways « à l’aéroport de Londres-Gatwick ».

 

Transport aérien : le trafic mondial de passagers en hausse de 4,5% en mai

DéplacementsPros /2019

Selon les derniers chiffres fournis par l’Association du transport aérien international (IATA), cette évolution est conforme à la croissance du trafic d’avril (4,4 %) et supérieure au récent creux de 3,1 % enregistré en mars. Un résultat toutefois inférieur au taux de croissance moyen sur 20 ans d’environ 5,5 %. 

La capacité (sièges-kilomètres disponibles) a légèrement augmenté de 2.7% et le coefficient d’occupation a progressé de 1.4 point à 81.5%, dépassant le record de 80.1% enregistré l’année dernière. 

“La croissance de la demande de passagers a ralenti par rapport aux deux dernières années. Cette situation est conforme à l’effondrement du commerce mondial, à la montée des tensions commerciales et à l’affaiblissement de la confiance des entreprises. Dans cet environnement difficile, les compagnies aériennes gèrent leur capacité avec soin afin d’optimiser leur efficacité “, a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l’IATA. 

La part des transporteurs européens en mai a augmenté de 5,4 % par rapport à mai 2018, ce qui représente une détérioration par rapport à la croissance de 7,7 % enregistrée en avril. Les capacités ont augmenté de 4,6% et le coefficient d’occupation a progressé de 0,7 point à 84,2%, le résultat le plus élevé au niveau mondial. La majeure partie de la croissance en Europe s’est toutefois produite au cours du premier semestre de 2018. 

Les compagnies aériennes d’Asie-Pacifique ont vu leur trafic augmenter de 4,0% en mai par rapport à la même période de l’année précédente, soit une amélioration par rapport à la hausse de 2,9% enregistrée en avril. Les capacités ont augmenté de 3,0% et le coefficient d’occupation a légèrement augmenté de 0,8 point à 78,6%. Il s’agit de la deuxième hausse mensuelle consécutive de la demande, mais il s’agit quand même d’un résultat mitigé dans une région qui connaît régulièrement des taux de croissance à deux chiffres. Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine continuent de peser sur la croissance dans la région. 

Le trafic des compagnies nord-américaines a augmenté de 4,8 % en mai par rapport à mai 2018, un ralentissement par rapport à la croissance de 5,6 % enregistrée en avril. La capacité a augmenté de 2,7% et le coefficient d’occupation s’est renforcé de 1,7 point à 83,6%. 

Les compagnies aériennes latino-américaines ont connu une forte hausse de 6,7 % du trafic en mai par rapport au même mois l’an dernier, ce qui représente une forte hausse par rapport à la croissance de 5,1 % enregistrée en avril. La demande de passagers se maintient plutôt bien, malgré un contexte économique difficile dans un certain nombre de pays. La capacité a grimpé de 4,0 % et le facteur d’occupation a bondi de 2,1 points de pourcentage pour s’établir à 84,0 %. 

Enfin, les compagnies africaines ont enregistré une hausse du trafic de 2,1% en mai par rapport à la même période de l’année précédente, qui était en hausse de seulement 1,1% en avril. La capacité a augmenté de 0,1% et le coefficient d’occupation a augmenté de 1,3 point à 67,0%. Le trafic entre l’Afrique et l’Europe continue d’augmenter fortement. 

 

Indemnisation des passagers : les bons et les mauvais élèves

Air Journal 06/07/2019

Le site RetardVol.fr, spécialiste de l’indemnisation aérienne, dresse un classement des compagnies aériennes. Qui sont celles qui respectent le droit à l’indemnisation des passagers en cas de retard ou annulation de leurs vols ?

Le top 5 des bons élèves est composé des compagnies Tui Fly (8,8/10), French Bee (8,3/10) et Air Caraïbes (7,3/10), Corsair (7,3/10) et EWA Air (7/10), compagnie de Mayotte filiale d’Air Austral. Dans le bas du classement : Iberia, Aigle Azur, Air Algérie et Air Antilles. Toutes ces compagnies obtiennent 0/10 ! Il est généralement très compliqué de faire valoir ses droits et l’intervention d’un avocat voire une assignation en justice est fréquemment nécessaire.

Air France, premier transporteur en France, se classe parmi les bons élèves (6,8/10), mais a vu son service se dégrader légèrement depuis un an avec notamment l’externalisation à Madagascar d’une partie du service lié aux réclamations et le manque d’expérience de ces nouvelles équipes.

Avec une note de 4/10, la low cost EasyJet, deuxième compagnie aérienne dans l’Hexagone, fait partie des mauvaises compagnies en la matière. Délais de réponse moyens, et aucun justificatif fourni lors de refus d’indemnisation. Pour sa part, la low cost Ryanair obtient 0,5/10, et figure parmi les pires compagnies de ce classement. Réponses automatiques, communications trompeuses lors de la grève de leurs pilotes… Tout semble fait par Ryanair pour décourager les voyageurs d’être indemnisé.

« Lors de l’achat d’un billet d’avion, nous conseillons aux passagers de ne pas regarder uniquement le prix mais aussi la qualité de service d’indemnisation lorsqu’un problème survient. Si nous existons c’est parce que 30% des compagnies seulement appliquent le règlement Européen. Nous avons voulu mettre en lumière les différences entre les principales compagnies aériennes que prennent les voyageurs français », souligne Anaïs Escudié, présidente de RetardVol.fr.

 

Emploi : Air France recrute des hôtesses et stewards en CDI

Air Journal 07/07/2019

Dans le cadre de sa croissance et pour faire face aux départsen retraite, Air France va recruter 1500 PNC (personnel navigant commercial, soit hôtesses de l’air et stewards) à partir d’avril 2020.

En plus, les embauches se feront en CDI, une première depuis plusieurs années… « Les PNC seront affectés sur les bases parisiennes, sur le réseau Court, Moyen ou Long Courrier d’Air France », indique Air France sur son site consacré aux offres d’emploi. Les candidatures sont déjà ouvertes et les premières épreuves de sélection se dérouleront à partir du 22 juillet 2019, au service Sélection et Recrutement d’Air France, à Villepinte.

« Le vivier et les alternants en poste n’étant pas assez nombreux, Air France lance une campagne de recrutement externe », explique le site PNC-Contact, et de préciser :  «  Il en va de soi que les candidatures risques d’être nombreuses, alors ne tardez pas à envoyer votre candidature … »