News

Suivez notre actu

Au sommaire :  

  • Etats-Unis : le secteur aérien va licencier des milliers de salariés, faute de nouvelle subvention

  • L’IATA encore plus pessimiste sur le trafic aérien en 2020

  • Le groupe ADPHub One et Air France déploient un réseau professionnel 4G/5G sur les aéroports parisiens

  • Covid-19 : l’aéroport de Roissy se prépare à l’arrivée d’un vaccin

  • Aéroport de Montpellier : Transavia supprime les vols vers l’île de Majorque

  • ASL Airlines maintient des vols spéciaux depuis l’Algérie en octobre

 

Etats-Unis : le secteur aérien va licencier des milliers de salariés, faute de nouvelle subvention

francetvinfo.fr-01/10/2020

American Airlines et United Airlines vont placer au chômage technique ou licencier plus de 32 000 personnes, en attendant un éventuel accord au Congrès pour un nouveau plan d’aide.

Vague de licenciements dans le secteur aérien américain. La compagnie américaine United Airlines a confirmé mercredi 30 septembre qu’elle allait commencer à licencier environ 13 000 de ses salariés, faute d’un accord au Congrès américain sur une nouvelle aide au secteur, fragilisé par la pandémie de coronavirus.

De son côté, la compagnie American Airlines a annoncé qu’elle allait commencer à mettre au chômage technique 19 000 salariés. Le PDG de la société, Doug Parker, a toutefois laissé une porte ouverte : “Nous annulerons” ces licenciements “et rappellerons les membres de l’équipe affectés” si démocrates et républicains parviennent dans les jours à venir à un compromis, a-t-il affirmé dans un message adressé aux salariés.

Le trafic aérien en chute libre

Comme les autres grandes sociétés du secteur, American et United s’étaient engagées au printemps à ne licencier personne jusqu’au 30 septembre, en échange de subventions d’un montant total de 25 milliards de dollars. Or, cette aide a expiré mercredi et les discussions entre démocrates et républicains sur un nouveau plan de soutien à l’économie n’ont pas encore abouti. 

Les prêts accordés mardi par le ministère américain des Finances à sept compagnies pour un montant total de 25 milliards de dollars n’ont pas changé la donne : cet argent est destiné à les aider à couvrir les dépenses courantes mais n’est pas dédié aux salaires.

Le trafic aérien, en chute libre au début de la pandémie, est loin d’être revenu à la normale. De nombreux passagers restent réticents à voler dans un espace confiné, les vols internationaux sont encore soumis à de strictes restrictions et les voyages d’affaires sont en berne. Le nombre de clients traversant la sécurité dans les aéroports américains est encore en baisse d’environ 60% à 70% par rapport à la même période en 2019, selon les chiffres du gouvernement.

L’IATA encore plus pessimiste sur le trafic aérien en 2020

air-journal.fr-30 septembre 2020

L’Association du transport aérien international (IATA) a revu à la baisse ses prévisions de trafic pour 2020, pour tenir compte d’une reprise plus faible que prévu, comme le démontre la fin « lamentable » de la saison de voyage estivale dans l’hémisphère Nord. Elle prévoit maintenant que le trafic pour l’ensemble de l’année sera inférieur de 66% au trafic de 2019, alors que la prévision précédente tablait sur un déclin de 63%.

Le trafic de passagers en août 2020 était encore « immensément déprimé » comparativement aux niveaux normaux, les kilomètres-passagers payants (RPK) étant en baisse de 75,3% par rapport au même mois l’année dernière selon le communiqué de l’association regroupant 290 compagnies aériennes. Ce n’est qu’une légère amélioration comparativement à la contraction annuelle de 79,5% observée en juillet, explique l’IATA. Les marchés intérieurs continuent de surclasser les marchés internationaux sur le plan de la reprise, bien que la plupart demeurent considérablement plus faibles qu’il y a un an. La capacité en août (sièges-kilomètres offerts, ASK) était en baisse de 63,8% en glissement annuel, et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 27,2 points de pourcentage pour s’établir à 58,5%, « un creux historique pour un mois d’août ».

Selon les données sur les vols, la reprise des services passagers a été stoppée à la mi-août par le retour des restrictions gouvernementales associées à des éclosions de Covid-19 dans plusieurs marchés clés. Les réservations de billets d’avion pour le quatrième trimestre montrent que la reprise après le creux d’avril « va continuer de s’essouffler » : alors qu’on s’attendait à ce que le déclin de la croissance annuelle des RPK mondiaux s’atténue et s’établisse à -55% d’ici décembre, une amélioration beaucoup plus lente que prévu est maintenant en vue, avec un déclin de 68% par rapport à l’année précédente.

« Les résultats désastreux du trafic en août concluent la pire saison estivale de l’histoire de l’industrie. La reprise de la demande internationale est pratiquement inexistante et les marchés intérieurs en Australie et au Japon ont régressé en raison des nouvelles éclosions et des restrictions de voyage. Il y a quelques mois, nous pensions qu’une chute de la demande de 63% sur l’ensemble de l’année était ce qui pouvait arriver de pire. Avec la haute saison estivale désastreuse que nous avons connue, nous avons révisé nos prédictions et prévoyons une baisse de 66% », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Marchés de passagers intérieurs

Le trafic intérieur a diminué de 50,9% en août. Il s’agit d’une modeste amélioration si on compare au déclin de 56,9% enregistré en juillet. La capacité intérieure a diminué de 34,5%, et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 21,5 points de pourcentage pour s’établir à 64,2%.

Marchés de passagers internationaux

Le trafic de passagers internationaux a diminué en août de 88,3% par rapport à août 2019, ce qui marque une amélioration modérée comparativement au déclin de 91,8% enregistré en juillet. La capacité a chuté de 79,5% et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 37,0 points de pourcentage pour s’établir à 48,7%.

  • Les transporteurs d’Europe ont enregistré en août une baisse de la demande de 79,9 % par rapport à l’an dernier, soit une amélioration si on compare à la chute de 87,0 % observée en juillet, en raison de la levée des restrictions de voyage dans l’espace Schengen. Toutefois, les données plus récentes sur les vols suggèrent que cette tendance s’est inversée avec le retour du confinement et de la quarantaine dans certains marchés. La capacité a diminué de 68,7 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 32,1 points de pourcentage pour s’établir à 57,1 %, soit le taux le plus élevé parmi toutes les régions.
  • Les transporteurs d’Afrique ont vu leur trafic chuter de 90,1 %, ce qui constitue une légère amélioration après le déclin de 94,6 % enregistré en juillet. La capacité a diminué de 78,4 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 41,0 points de pourcentage pour s’établir à 34,6 %, soit le taux le plus faible parmi toutes les régions.
  • Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une diminution de la demande de 92,3 % en août, après un déclin de 93,3 % en juillet. La capacité a chuté de 81,9 % et le coefficient d’occupation a perdu 47,1 points de pourcentage pour s’établir à 35,3 %.
  • Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent en août une chute de 92,4 %, un résultat presque inchangé par rapport au déclin de 94,4 % observé en juillet. La capacité a chuté de 82,6 % et le coefficient d’occupation a perdu 49,9 points de pourcentage pour s’établir à 38,5 %.
  • Les transporteurs américains ont enregistré en août une baisse de trafic de 69,3 % comparativement à août 2019, soit une légère amélioration si on compare à juillet, alors qu’on observait une chute de trafic de 71,5 %. L’augmentation des éclosions et des mesures de quarantaine dans des marchés intérieurs clés a contribué à ce résultat décevant.
  • Les transporteurs d’Amérique latine ont subi une baisse de la demande de 93,4 % en août, comparativement à août 2019, après une chute de 94,9 % en juillet. La capacité a diminué de 90,1 % et le coefficient d’occupation a perdu 27,8 points de pourcentage pour s’établir à 56,1 %, le deuxième taux le plus élevé parmi les régions.
  • Les transporteurs russes ont vu leur trafic intérieur augmenter de 3,8 % par rapport à août 2019. C’est le premier marché où on constate une augmentation annuelle depuis le début de la pandémie. Les tarifs à la baisse et un essor du tourisme intérieur ont été les principaux facteurs de cet élan.
  • Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont vu leur trafic chuter de 95,9 % par rapport à l’année précédente, un résultat à peine différent de celui du mois de juillet, alors qu’on observait une baisse de 96,2 %. C’est aussi la plus forte contraction parmi toutes les régions. La capacité a diminué de 90,4 % et le coefficient d’occupation a perdu 48,0 points de pourcentage pour s’établir à 34,8 %.

« Traditionnellement, les recettes générées durant la haute saison estivale dans l’hémisphère Nord fournissent aux compagnies aériennes un coussin financier en vue des saisons d’automne et d’hiver plus calmes. Cette année, les compagnies aériennes n’ont pas cette protection. Sans aide gouvernementale additionnelle et sans réouverture des frontières, des centaines de milliers d’emplois vont disparaître chez les compagnies aériennes. Mais ce ne sont pas que les compagnies aériennes et leurs employés qui sont menacés. À l’échelle mondiale, des dizaines de millions d’emplois dépendent de l’aviation. Nous avons besoin d’un régime internationalement reconnu de dépistage de la COVID-19 préalable au vol pour que les gouvernements retrouvent la confiance nécessaire à l’ouverture des frontières et que les passagers soient assez confiants pour recommencer à voyager en avion », conclut Alexandre de Juniac.

Le groupe ADP, Hub One et Air France déploient un réseau professionnel 4G/5G sur les aéroports parisiens

cio-online.com-le 01 Octobre 2020

Jean-Christophe Lalanne (Air France) : « ce programme est un moyen supplémentaire de répondre aux attentes de nos clients et de nos collaborateurs. »

Le groupe ADP, sa filiale Hub One et la compagnie Air France se sont associés pour déployer un réseau professionnel très haut débit sur les aéroports parisiens. Le fournisseur suédois Ericsson a été retenu pour mettre en oeuvre l’infrastructure.

Le groupe ADP, sa filiale Hub One, opérateur technologique, et la compagnie aérienne Air France ont noué un partenariat afin de mettre en oeuvre un réseau sans fil très haut débit à vocation professionnelle sur les trois aéroports parisiens : Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget. L’objectif est de proposer de nouveaux services, destinés à renforcer la fluidité et la sécurité des opérations critiques et à améliorer l’expérience client. « Ce programme innovant est un moyen supplémentaire d’améliorer notre performance opérationnelle afin de répondre aux attentes de nos clients et à celles de nos collaborateurs », estime Jean-Christophe Lalanne, Directeur Général Adjoint Informatique du Groupe Air France-KLM.
Dans le cadre de ce partenariat, Hub One a sollicité l’accord de l’Arcep pour exploiter une bande de fréquences professionnelles 4G/5G. En janvier 2020, le régulateur a donné son accord pour une durée de dix ans. Les trois partenaires associés pour ce projet ont ensuite retenu Ericsson pour fournir et installer les infrastructures nécessaires. Le fournisseur suédois a été choisi à la fois dans une volonté de souveraineté européenne, ainsi que pour la sécurité de ses solutions, conforme aux nouvelles obligations sécuritaires de l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information).
Un réseau destiné à 120 000 professionnels
Le réseau devrait être déployé sur l’ensemble des espaces extérieurs des trois sites fin 2020, puis en intérieur, dans les zones publiques et les espaces réservés des aérogares, d’ici fin 2021. Hub One gérera la mise en place du réseau et l’exploitera pour le compte du Groupe ADP et d’Air France. À terme, près de 120 000 professionnels travaillant sur les aéroports, employés par 1000 entreprises pourront s’appuyer sur ce réseau dans le cadre de leurs missions. « Le développement du Smart Airport se poursuit activement grâce à cette nouvelle étape. Le déploiement de ce réseau mobile professionnel privé permettra de renforcer la performance, d’accélérer la digitalisation des activités et de préparer également la reprise du trafic aérien dans les meilleures conditions », indique Edward Arkwright, Directeur Général exécutif du Groupe ADP et Président de Hub One.

Covid-19 : l’aéroport de Roissy se prépare à l’arrivée d’un vaccin

rtl.fr – 01/10/2020

Les premiers vaccins contre le coronavirus sont attendus pour le premier semestre 2021. Mais en parallèle, les compagnies aériennes et les logisticiens s’organisent déjà pour organiser leurs transports. À l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, tous les acteurs de la filière ont déjà commencé à se réunir dans cette perspective. 

Au terminal fret d’Air France KLM, les fournisseurs de containers pour produits pharmaceutiques s’organisent. Les vaccins doivent en effet être conservés dans une chambre froide. 

“C’est peut-être le produit le plus sensible à transporter en ce moment”, déclare Patrick Van de Weghe, directeur commercial France d’Envirotainer, l’une des entreprises qui fabriquent ces containers. Les containers peuvent avoir une autonomie d’environ 1000 heures, entre 2 et 8 degrés maximum. Et ils servent déjà, notamment pour envoyer des vaccins antigrippaux à travers le monde. 

Un suivi en temps réel est assuré dans le centre de contrôle cargo, avec des courbes de températures et des relevés systématiques. Mais ces plus de 6.000 containers ne suffiront peut-être pas si un vaccin est bel est bien lancé. Les entreprises tentent donc d’anticiper les besoins. “Il faut avoir le bon container au bon endroit et au bon moment”, explique Patrick Van de Weghe.

Un coût à prendre en compte

Dans la zone cargo de l’aéroport, trois autres fournisseurs de containers pharmaceutiques s’organisent eux aussi pour que le plus grand nombre de conteneurs réfrigérés soient disponibles dès l’an prochain.

Air France KLM assure travailler “avec tous les laboratoires”. Mais le transport des vaccins a un coût : rien que pour louer un container d’environ 30.000 doses, compter entre 5 et 10.000 euros. Un montant relativement peu élevé quand on sait qu’une cargaison peut valoir plusieurs millions d’euros.

Pour l’heure, il n’a “pas été demandé encore de protection supplémentaire”, indique Béatrice Delpuech, en charge des produits à valeur ajoutée chez Air France KLM. Mais elle l’assure : “On saura faire”. Pour l’heure, douanes et gendarmerie travaillent en étroite collaboration avec les compagnies aériennes sur ce sujet.

Dès l’annonce d’une date de sortie d’un vaccin, la chaîne logistique devrait donc se mettre en route pour importer, exporter, ou faire transiter les précieuses marchandises.

Aéroport de Montpellier : Transavia supprime les vols vers l’île de Majorque

Actu.fr-le 30 Sep 20

Les vols à destination de l’île espagnole de Majorque depuis Montpellier sont, désormais, supprimés par la compagnie Transavia.

La direction de la compagnie aérienne Transavia France confirme ce mercredi à Métropolitain, la suppression depuis lundi,  des vols à destination de l’île espagnole de Majorque, depuis l‘aéroport de Montpellier Méditerranée.

« Pour les vols maintenus vers l’Espagne, il ne reste plus que la destination pour Madrid », indique Transavia. La suppression des vols sur Majorque intervient dans le difficile contexte de la crise sanitaire de la Covid-19, gérée au quotidien par les autorités espagnoles, qui ont durci les mesures préventives.

Transavia France, compagnie low-cost du groupe Air France, a ouvert mardi, ses ventes pour la prochaine saison estivale, pour des voyages compris entre le 28 mars et le 30 octobre 2021. La compagnie étend sa politique de flexibilité et permet à ses passagers de reporter leurs voyages sans frais de modification jusqu’au 30 octobre, et dévoile une nouvelle ligne au départ de Paris-Orly.

Vols vers Biarritz

La compagnie aérienne annonce, par ailleurs une nouvelle ligne qui sera mise en service prochainement entre Montpellier et Biarritz.

Transavia propose un report de billets sans frais de modification pour des voyages jusqu’à la fin de l’été 2021. La compagnie consolide son programme de vols sur ses marchés historiques et prolonge ses lignes domestiques pour favoriser les rapprochements familiaux.

Nicolas Hénin, directeur général adjoint commercial et marketing pour Transavia France, déclare : « Cette année, beaucoup de nos clients ont dû renoncer à voyager et retrouver leurs familles. Nous sommes heureux d’étoffer aujourd’hui notre réseau vers nos destinations privilégiées comme le Portugal ou l’Algérie, et de prolonger sur l’été nos premières lignes domestiques. Plus encore, nous avons vraiment à cœur de leur offrir une flexibilité maximale dans leurs déplacements, avec le report sans frais des billets sur toute la période ».

Transavia : plus de 100 lignes

Transavia, la compagnie low-cost du groupe Air France-KLM, opère plus de 100 lignes aériennes au départ de la France (Orly, Nantes, Lyon et Montpellier) et des Pays-Bas (Amsterdam, Rotterdam, Eindhoven et Groningen) à destination de la France, de l’Europe et du bassin méditerranéen. Transavia a transporté 16,6 millions de passagers en 2019.

Transavia France poursuit sa forte croissance avec 7,4 millions de passagers transportés en 2019, en augmentation de 5%. Transavia France est aujourd’hui la première compagnie low- cost au départ d’Orly et la deuxième au départ de Paris (Beauvais, Roissy, Orly). Avec plus de 1200 employés en France, Transavia met au cœur de ses engagements la qualité de ses services, la proximité de ses équipages et l’innovation. Un parti-pris qui lui vaut d’être régulièrement récompensée. Pour la seconde année consécutive Transavia France a obtenu le label Meilleure Enseigne décerné par le magazine Capital, catégorie Transports.

La compagnie a également reçu le trophée Qualiweb 2019 pour sa qualité de services en ligne dans la catégorie Tourisme et Transport. Enfin, Skyscanner lui a décerné le Traveller Trust Award valorisant les meilleures expériences de réservation.

ASL Airlines maintient des vols spéciaux depuis l’Algérie en octobre

air-journal.fr – 1 octobre 2020

a annoncé pour ce mois-ci des vols de retour supplémentaires entre l’Algérie et l’hexagone, afin de rapatrier les ressortissants coincés sur place par la pandémie de Covid-19.

En attendant une réouverture des frontières et la relance des vols internationaux réguliers entre les deux rives de la Méditerranée, la compagnie française basée à Paris-CDG continue de proposer des « vols spéciaux réguliers » uniquement dans le sens Algérie – France, en collaboration avec la cellule de crise du Ministère des Affaires Etrangères en France, ainsi que les services consulaires français en Algérie et les autorités algériennes. Comme le mois dernier, ASL Airlines proposera en octobre des trajets au départ des aéroports d’AlgerAnnaba et Bejaia vers Roissy, ainsi qu’entre la capitale algérienne et Lyon.

ASL Airlines précise sur son site qu’elle appliquera un tarif à partir de 320 € TTC pour tous les vols vers Paris et à partir de 290 € TTC pour tous les vols vers la province, « en raison des mesures imposées aux transporteurs aériens pour l’organisation de ces vols de retour », à savoir : 

  • Les trajets France-Algérie ne sont pas commercialisables
  • Le siège central de chaque triplace sera laissé vacant (si le remplissage du vol le permet)

Les passagers se rendant en France au départ de l’Algérie sont invités à cliquer sur ce lien pour obtenir les documents indispensables : l’attestation de déplacement vers la France métropolitaine depuis les pays tiers, la déclaration sur l’honneur d’absence de symptômes d’infection par le covid-19 et la fiche de traçabilité. Ces 3 documents sont obligatoires et doivent être présentés à l’enregistrement le jour du départ pour pouvoir voyager sur les vols spéciaux.

Air Algérie n’a pour l’instant pas détaillé de programme de vols spéciaux pour le mois d’octobre, la question de la réouverture des frontières du pays aux vols réguliers étant toujours posée – sans réponse précise à ce jour.